Blog

Courriel no. 5 de Jean-Jacques Crèvecoeur - Campagne de vaccination massive

Courriel no. 5 de Jean-Jacques Crèvecoeur (5 octobre 2009)

http://jean-jacques-crevecoeur.com/index.php?option=com_content&view=article&id=106:courriel-5&catid=65:grippe-a-h1n1&Itemid=98

 

 

CAMPAGNE DE VACCINATION MASSIVE :

UN PEU DE LOGIQUE, JE VOUS PRIE, MESSIEURS LES EXPERTS !

 

Chers amis,

Vous êtes extrêmement nombreux à m’avoir écrit depuis un mois. 5.500 courriels, parfois très longs, pour me remercier et m’encourager dans ma démarche.


J’ai de bonnes nouvelles pour vous ! Les grands de ce monde sont de plus en plus inquiets de l’ampleur que prend le mouvement de protestation contre les campagnes de vaccination obligatoire. Tous les sondages indiquent que ceux qui refuseront cette vaccination contre la grippe A (H1N1) dépassent maintenant les 50 % ! Qu’il s’agisse des médecins, des pharmaciens, des infirmiers, mais aussi de ces innombrables citoyens silencieux qui ont, d’ores et déjà pris leur décision, en conscience. Et cela, en soi, c’est déjà une victoire de l’intelligence des individus, face à une élite qui se croit supérieure et qui se perd dans sa suffisance, ses mensonges et ses contradictions.

Comme le disait Hegel : « dans la relation maître – esclave, lorsque l’esclave meurt, le maître disparaît ». N’oublions jamais que si, aujourd’hui, certains individus se croient déjà les maîtres du monde, c’est parce qu’ils ont trouvé suffisamment de gens dociles qui leur ont donné leur pouvoir, dans un mouvement de servitude volontaire (pour reprendre les termes du philosophe Étienne de la Boétie). N’oublions pas que nous pouvons, du jour au lendemain, mettre cette élite à nu, en reprenant simplement notre propre puissance individuelle et en leur tournant le dos.

Comme je vous le disais dans mon précédent courriel, nous sommes en train de gagner la bataille de l’information.
J’en veux pour preuves quelques éléments, anecdotiques sans doute, mais très révélateurs :

- en dix jours, j’ai été l’invité de plus de dix émissions de radio et de cinq émissions de télévision. Les journalistes commencent à se rendre compte que quelque chose cloche dans cette mise en scène d’une pandémie qui n’existe même pas !

- quelques journalistes commencent à s’acharner sur moi, en tentant de me faire passer pour un promoteur de la théorie du complot. Par contre, ces mêmes journalistes évitent soigneusement de discuter ou de relayer les questions légitimes que je pose et qui ne trouvent, malheureusement, aucune réponse satisfaisante dans les propos des autorités sanitaires, politiques ou médicales. Quand on n’a pas d’arguments à opposer à un adversaire, on tente de s’en prendre à lui, en le discréditant, en l’isolant et en le ridiculisant. C’est ce qui est en train de se passer ici au Québec, et c’est très bon signe.

- les représentants officiels se plaignent que leurs efforts pour convaincre le public de l’utilité de se faire vacciner sont mis à mal par notre travail d’information. Voici ce que disait un journal de Montréal, hier : « Depuis plusieurs semaines, des pétitions contre une vaccination de masse, des doutes sur les effets secondaires du vaccin ainsi que des allégations de complot au profit des sociétés pharmaceutiques se sont multipliés et ont malmené les efforts du gouvernement à convaincre la population de l'importance de se faire vacciner contre le virus de la grippe A (H1N1). » On aurait presque envie de les plaindre. Quand on pense qu’ils investissent des millions de dollars pour convaincre une population et que nous, qui n’avons pas de moyens, nous sommes en mesure de les inquiéter ! C’est quand même très encourageant, à propos de l’intelligence des humains !

Mais trop de personnes sont encore déstabilisées par le matraquage médiatique autour de cette pandémie, matraquage pourtant en total décalage avec la réalité vécue au quotidien. Personne ne meurt, presque personne n’est malade. Pourtant, on nous montre à la télévision des dizaines de milliers de sacs mortuaires, des hôtels réquisitionnés pour accueillir les malades en surnombre, les creusements de fosses communes, etc.

C’est la raison pour laquelle je vous propose de diffuser autour de vous cette réflexion qui me semble accessible à tout le monde. C’est de la pure logique, et elle s’adresse tant aux partisans qu’aux opposants des vaccins. Pour une fois, il n’est même pas nécessaire d’avoir des connaissances scientifiques ou médicales pour comprendre qu’on nous prend pour des cons et qu’on nous ment de manière volontaire et consciente.

Bien à vous

Jean-Jacques Crèvecoeur

CAMPAGNE DE VACCINATION MASSIVE

UN PEU DE LOGIQUE, JE VOUS PRIE, MESSIEURS LES EXPERTS !


Pour répondre à cette question cruciale, je vous propose un simple exercice de logique. Exercice qui ne nécessite même pas de connaissances médicales !

PRÉMISSES :

Imaginons que l’Organisation Mondiale de la Santé, que les compagnies pharmaceutiques et que les instances politiques de santé publique nous disent la vérité (on peut rêver).
Imaginons donc qu’il n’y a pas de complot et que toutes ces institutions oeuvrent pour le plus grand bien de la Santé des individus.
Admettons que nous sommes vraiment en situation de pandémie.
Admettons que ce soit vrai que le virus H1N1 – version 2009 ait un potentiel pandémique important.
Admettons que nous pouvons nous attendre à une pandémie aussi grave que celle de 1918 (c’est ce que l’OMS prétend).

RAISONNEMENT :

Alors, asseyons-nous et réfléchissons un instant (car il semble que la réflexion soit une denrée devenue extrêmement rare dans le monde scientifique, politique et médiatique, à l’heure actuelle).

- Si nous sommes réellement en situation de pandémie (de niveau 6), pourquoi le nombre de morts provoqués officiellement par le virus A (H1N1) - 2009 (en six mois) atteint à peine 3.917 personnes, dont la plupart souffrait déjà de pathologies graves avant de contracter la grippe ( http://www.who.int/csr/don/2009_09_25/en/index.html ) alors qu’une grippe ordinaire tue chaque année entre 250.000 et 500.000 personnes ( http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs211/fr/ (allez voir sous le titre épidémie saisonnière)) ?

À cela, on me répond que c’est vrai que ce virus est très peu virulent, dans sa forme actuelle (même s’il est très contagieux). D’ailleurs, dans l’immense majorité des cas recensés dans le monde (entre 300.000 et 600.000 selon les sources), les personnes atteintes souffrent de fièvre, de toux, de maux de tête, de douleurs musculaires et articulaires, de maux de gorge et d’écoulements nasaux ( http://www.who.int/csr/disease/swineflu/frequently_asked_questions/about_disease/fr/index.html ). C’est-à-dire les mêmes symptômes que ceux de la grippe ordinaire. Et ils se guérissent en restant chez eux, en quatre à dix jours, sans l’aide d’aucune médication et d’aucun médecin.

- Mais si le virus A (H1N1) - 2009 est si peu virulent, pourquoi alors les pays ont-ils commandé à l’avance 4,9 milliards de doses de vaccins dans le monde, pour immuniser la majorité de la population du globe (6,8 milliards d’individus) ?

À cela, on me répond que « les vaccins constituent l'un des moyens les plus utiles pour protéger les individus pendant les épidémies et les pandémies de grippe. Parmi les autres mesures applicables, figurent l'utilisation de médicaments antiviraux, le maintien d'une distance sociale et l'hygiène personnelle » ( http://www.who.int/csr/disease/swineflu/frequently_asked_questions/vaccine_preparedness/fr/index.html – 3e paragraphe). Remarquez que pas un mot n’est prononcé sur les moyens naturels de renforcer notre immunité naturelle qui nous maintient en vie depuis des millions d’années !!!

- Si les vaccins constituent une des meilleures protections, sur quelles études se base l’Organisation Mondiale de la Santé pour affirmer cela ? Les experts de l’OMS auraient-ils oublié de lire l’étude internationale la plus complète et la plus exhaustive en la matière, qui concluait récemment « qu’il n’existe pas de preuves de l’efficacité des vaccins anti-grippaux dans aucune des populations étudiées (plus de 65 ans, adultes jeunes, enfants et professionnels de santé) depuis 40 années d’observation en matière de vaccination contre la grippe » ? ( http://www.cochrane.org/ - la Collaboration Cochrane est un groupe complètement indépendant et à but non lucratif qui a rassemblé (entre autres) TOUTES les études existant sur l’efficacité des campagnes de vaccination dans le monde entier, entre 1966 et 2006)

À cela, les plus honnêtes ne me répondent rien. Les autres me répondent qu’il existe d’autres études qui prouvent l’efficacité des vaccins contre la grippe (le problème, c’est qu’aucune source n’est citée par ces experts ou par les instances officielles. Le problème, c’est qu’il n’existe aucune étude qui n’ait été prise en compte par la collaboration Cochrane ! Et le groupe Cochrane fait autorité et référence internationalement, par son exhaustivité (elle reprend TOUTES les études) et par son indépendance (elle n’est financée par aucune compagnie pharmaceutique).
Malgré tout, on m’annonce que la vaccination sera quand même utile pour immuniser tout le monde, car les experts prévoient que le virus A (H1N1) - 2009 risque de muter cet automne dans une forme beaucoup plus virulente et potentiellement mortelle. C’est la fameuse deuxième vague qu’on attend tous !

Ici, pour être capable de suivre le raisonnement des experts, il me faut admettre d’autres prémisses (soyons de bonne composition !).
Admettons que les vaccins soient efficaces (ce qui n’est pas démontré) et que la collaboration Cochrane s’est trompée en interprétant des centaines d’études menées dans le monde entier et pendant quarante ans. Et admettons que le virus pourrait muter cet automne.

- Comment les experts peuvent-ils affirmer que le virus mutera dans une forme plus grave ? Car cette mutation pourrait aller vers une mutation encore moins dangereuse qu’elle ne l’est !

À cela, on me répond qu’il faut envisager le pire scénario pour protéger la population. Admettons !

- Dans ce cas, si le virus mutait dans une forme plus grave, comment les autorités de santé publique et les experts justifieront l’efficacité du vaccin actuellement développé ? Car ce vaccin a été conçu à partir de la souche du virus apparu au printemps (le virus non muté et pas dangereux), et non à partir de la mutation potentielle du virus ?

À cela, on me répond que c’est vrai que le vaccin ne serait plus aussi efficace, mais qu’il le serait quand même un peu, car la structure génétique et protéique du virus muté ne serait pas très éloignée de celle de la souche originale.

- Si cet argument est vrai, pourquoi nous raconte-t-on alors depuis des années que nous devons nous vacciner chaque année parce que le virus de la grippe mute légèrement chaque année et que le vaccin d’une année n’est pas efficace pour l’année suivante ???

De nouveau, à cela, on ne me répond plus rien. Par contre, on m’assure « qu’une surveillance attentive des évolutions du virus A(H1N1) est en cours. Cette surveillance étroite et constante aidera à apporter une riposte rapide si l'on détecte des modifications importantes du virus » ( http://www.who.int/csr/disease/swineflu/frequently_asked_questions/vaccine_preparedness/fr/index.html – 19e paragraphe).

- Nous voilà rassurés ! L’OMS veille et surveille pour nous ! Mais combien de temps faut-il pour apporter une riposte rapide, si le virus devait muter de manière importante ?

À cela, on me répond qu’il faut compter entre quatre et six mois, pour produire en grande quantité des vaccins à partir du moment où l’on aurait isolé la nouvelle souche virale contre laquelle on cherche à immuniser les individus… Autant dire que nous serons tous atteints par le virus muté avant qu’un nouveau vaccin soit mis au point.
Mais même dans ce cas-là, n’oublions pas que seuls mourront ceux dont le système immunitaire est déjà gravement affaibli ! Comme disait Pasteur sur son lit de mort : « je reconnais que je me suis trompé. C’est Béchamp qui avait raison. Le virus n’est rien. Le terrain est tout ! » Mais ça, c’est un autre débat.

- Ah oui, j’allais oublier une dernière question : si les vaccins sont efficaces, pourquoi les promoteurs de la campagne de vaccination reprochent-ils à ceux qui la refusent de mettre en danger les personnes vaccinées ??? Ne devrait-ce pas être l’inverse ? Ne serait-ce pas les non-vaccinés qui devraient craindre d’être malades, et non les vaccinés ?


CONCLUSIONS :

- aucun vaccin contre la grippe n’a jamais démontré son efficacité pour diminuer le nombre de personnes atteintes ou pour diminuer la virulence de la maladie ;

- le virus A (H1N1), dans sa forme actuelle, ne justifie nullement la mise en place d’une campagne massive de vaccination (et je n’ai pas parlé ici des effets secondaires graves qui risquent de toucher des millions de personnes) ;

- si le virus mute dans une forme plus grave et plus mortelle, les vaccins préparés actuellement ne seront d’aucune utilité, puisqu’ils ont été préparés sur la base de la souche existant en mai et en juin 2009 !

DONC, DANS TOUS LES CAS, QUE VOUS SOYEZ POUR OU CONTRE LES VACCINS, AUCUN ARGUMENT LOGIQUE NE PARVIENT À JUSTIFIER CETTE CAMPAGNE DE VACCINATION MASSIVE.

PAR CONTRE, CETTE CAMPAGNE SE PRÉPARE AU MÉPRIS DU RESPECT DE NOTRE INTELLIGENCE ET DE NOS LIBERTÉS.
AVEC LA COMPLICITÉ DES DIRIGEANTS POLITIQUES, DES HAUTS FONCTIONNAIRES ET DES MÉDIAS.


Rien que cela devrait suffire à stopper définitivement cette campagne où les experts se prennent les pieds dans leurs propres mensonges et dans leurs propres incohérences.

Reproduction et diffusion intégrales ou partielles autorisées et vivement encouragées.

Courriel no. 7 de Jean-Jacques Crèvecoeur - Les Gouverne-Menteurs nous déclarent la guerre

Courriel no. 7 de Jean-Jacques Crèvecoeur (23 octobre 2009)

http://jean-jacques-crevecoeur.com/index.php?option=com_content&view=article&id=111:courriel-7&catid=65:grippe-a-h1n1&Itemid=98

 

 

LES GOUVERNE-MENTEURS NOUS DÉCLARENT LA GUERRE

 

Madame, Monsieur,

Chers amis,

J’ai très peu de temps pour vous écrire.
C’est important que vous receviez cette information le plus rapidement possible. Et que vous la répandiez (car, il ne faudra pas compter sur les journalistes prostitués et muselés pour informer les populations de ce qui suit).

Les Etats-Unis viennent de décréter l’état d’urgence sanitaire, ce samedi midi (heure de Montréal). Pour beaucoup, ça semblera très banal comme information. Mais pour ceux capables de lire entre les lignes, cette déclaration d’Obama est une déclaration de guerre contre l’humanité. Dans quelques jours, je ne serais pas étonné que d’autres pays suivent l’exemple des USA, ou que, tout simplement, l’Organisation du Mensonge Systématique (OMS) donne le coup d’envoi d’un état d’urgence sanitaire mondial.


Le 10 septembre 2009, j’avais envoyé un courriel à tous mes contacts. Ce courriel contenait deux parties. Dans la première partie, je posais 26 questions troublantes à propos de cette soi-disant pandémie de grippe porcine. Cette partie a été publiée sur des dizaines de blogs et de sites Internet, envoyée à des centaines de milliers de personnes et traduite dans près de dix langues. Dans la deuxième partie, je proposais un scénario possible de ce qui allait se dérouler. Peu de gens l’ont transmis et beaucoup m’ont critiqué (j’ai même perdu beaucoup d’amis et de connaissances à cause de ce passage). On me reprochait d’être un prophète d’une prétendue apocalypse annoncée, de bonimenteur de rue prêchant la fin du monde. C’est même la raison pour laquelle, dans un premier temps, je n’ai pas reproduit ce passage sur mon site Internet.

À cette époque, je vous expliquais comment créer une pandémie de toutes pièces.
Pourtant, je ne suis pas voyant. Je n’ai pas de boule de cristal. Et je ne suis pas complice des crapules qui siègent à l’OMS, à la tête des compagnies pharmaceutiques, à la tête des ministères de la Maladie et à la tête des médias. J’ai simplement essayé de me mettre à leur place, et je me suis demandé comment je ferais pour exterminer une bonne partie de la population des pays dits développés.

Petit retour en arrière : voici mon texte écrit la nuit du 9 au 10 septembre dernier (dont on pouvait dire, à l’époque que c’était un délire paranoïaque) :


Il y a, par contre, une question que je vais poser ici et à laquelle je vais répondre, car beaucoup de mes interlocuteurs ne comprennent pas cela. La question est : comment un virus aussi bénin va-t-il s’y prendre pour tuer des millions de personnes ? Ça, c’est la question à un million de dollars !!!

Eh bien c’est l’histoire des pandémies du passé qui nous apporte la réponse. La recette est simple (en douze étapes, déjà expérimentées pendant le XXe siècle, avec des succès divers) :

1. on annonce qu’un foyer d’une nouvelle grippe vient d’apparaître au Mexique et que c’est très grave, car c’est un virus animal qui s’est transmis à l’homme !

2. on annonce ensuite 250 morts en une semaine, pour rectifier ensuite le décompte à 8 morts. Mais tout le monde a retenu qu’il y avait eu beaucoup de morts dès le début (ça ne vous rappelle rien, ça : le 11 septembre, on nous a annoncé à la télévision 40 à 50.000 morts dans les Twin Towers – ce qui a justifié la croisade contre l’axe du Mal – puis, on a révisé le nombre de morts à 2.974) ;

3. on annonce à grand renfort de publicité quotidienne que ce terrible virus se propage à une vitesse incroyable sur toute la planète (alors que par ailleurs, aucun laboratoire du monde ne dispose de la souche du virus pour confirmer que c’est bien ce virus qui est en cause, et pas le virus ordinaire – on reconnaît par ailleurs que la grippe porcine ne présente aucun symptôme spécifique par rapport à ceux de la grippe ordinaire – alors, comment font-ils pour compter le nombre de cas ???) ;

4. devant le peu de virulence dudit virus, on nous annonce que ce gentil virus (finalement) va muter et va devenir TRÈS méchant, et que l’on sait qu’il va muter à une date précise (celle de la sortie des vaccins, quelle coïncidence quand même !) ;

5. pendant tout ce temps, on prépare des produits en laboratoire dont on dit qu’ils sont des vaccins, et dans lesquels on mélange deux souches de la grippe porcine, deux souches de la grippe aviaire et une souche de la grippe humaine (cocktail tout à fait explosif, lorsqu’il sera injecté dans le corps !). De plus, on rajoute (en plus grande quantité que d’habitude) des adjuvants (formaldéhyde, aluminium et squalène) et des conservateurs (thimérosal, composé à base de mercure), reconnus pour leur grande toxicité ;

6. peu avant la sortie des soi-disant vaccins (qui sont en réalité, ici, des armes bactériologiques), les médias se déchaînent pour nous annoncer qu’il y a une recrudescence de cas de grippe. Même si les médecins ne prennent plus la peine de vérifier s’il s’agit bien du même virus, le peuple est tellement hypnotisé qu’il ne réfléchit plus. Il est persuadé que la mutation annoncée est en train de se réaliser ;

 

7. on annonce aussi que tous les vaccins ne seront pas disponibles immédiatement et qu’il y aura des chanceux qui pourront en bénéficier tout de suite, et d’autres devront attendre jusqu’à quatre mois pour enfin recevoir le vaccin salvateur !

8. dès la sortie des premières armes bactériologiques déguisées en vaccins, le bon peuple apeuré court se faire vacciner volontairement, dans les centres spécialement préparés à cet effet (et encadrés par des militaires). Ici au Canada, les gens s’inscrivent sur des listes d’attente pour être certains d’être parmi les premiers vaccinés !

9. dès l’injection du vaccin, le cocktail préparé soigneusement par les laboratoires entraîne la mutation et la combinaison des différentes souches dans le corps du patient, rendant les virus extrêmement mortels. Dans le même temps, les adjuvants auront mis par terre le système immunitaire. La Tamiflu sera utilisé pour provoquer une surinfection (cas déjà observés dans plusieurs pays) entraînant immédiatement la mort de la personne. Conséquence : il y aura des milliers de morts parmi les premières populations vaccinées ;

10. on nous dira alors que, malheureusement, ce qu’on craignait est arrivé : le virus a muté sous une forme mortelle. On attribuera la cause des décès au virus, et pas au gentil vaccin censé nous protéger ! Une panique s’emparera de la population, qui réclamera qu’on les vaccine d’urgence ;

11. vu la gravité de la situation sanitaire, vu les troubles engendrés, d’une part par ceux qui réclameront avec force leur vaccin, d’autre part par ceux qui accuseront les autorités sanitaires de génocidaires, l’état d’urgence sera déclaré dans tout le pays et le plan de vaccination obligatoire sera mis en place ;

12. ceux qui refuseront de se faire vacciner devront se cacher ou disparaître pendant un temps suffisamment long, à moins qu’on ne les fasse disparaître dans des camps de concentration prévus à cet effet.


Ça, c’est ce que j’avais écrit le 10 septembre 2009. À cette époque, nous en étions à l’étape n° 5.

Ceux qui ont gardé un peu de lucidité auront compris pourquoi les médias se sont déchaînés depuis le 15 octobre, en nous annonçant que la deuxième vague de grippe A (H1N1) (étape n° 6) allait se déchaîner. Juste au moment où les vaccins sont enfin prêts ! Quelle coïncidence, quand même. Quand on pense que le virus aurait pu muter dans l’hémisphère sud pendant tout l’hiver, il ne s’est rien passé !!! C’est quand même extraordinaire, non. Voir, par exemple :
http://www.cyberpresse.ca/le-soleil/dossiers/grippe-a-h1n1/200910/21/01-913719-la-deuxieme-vague-de-la-pandemie-arrive-plus-tot-que-prevu.php ou encore : http://www.cyberpresse.ca/la-voix-de-lest/actualites/200910/22/01-913752-debut-de-la-deuxieme-vague.php ou encore : http://www.pandemiedegrippe.com/2009/09/24/la-deuxieme-vague-de-grippe-a-h1n1-est-commencee-en-france/ .

Ces derniers jours, on nous a annoncé qu’il y aurait moins de vaccins que prévu (étape n° 7), histoire d’augmenter encore la panique générale. Voir par exemple :
http://www.lefigaro.fr/flash-actu/2009/10/21/01011-20091021FILWWW00740-h1n1-penurie-de-vaccins-aux-etats-unis.php ou encore : http://www.radio-canada.ca/nouvelles/International/2009/09/18/003-oms-grippe.shtml

Aux Etats-Unis, par contre, ils ont déjà commencé à vacciner les gens, depuis le 6 octobre (étape n° 8).
Mais les gens n’ont pas été vaccinés avec les vaccins injectables préparés contre le H1N1 (ils n’étaient pas prêts), mais ils ont été vaccinés avec un vaccin dont PERSONNE, JE DIS BIEN PERSONNE, n’a parlé pendant les cinq mois et demi de propagande de peur. Ce vaccin, j’ai découvert son existence le mardi 6 octobre 2009, après ma conférence donnée à Québec. Il s’agit d’un vaccin intranasal, appelé FluMist (littéralement brouillard de grippe). Lorsque j’ai entendu l’interview du docteur Rima Laibow (
http://www.youtube.com/watch?v=Rqe40-REclU ), lorsque j’ai lu plusieurs de ses articles relatifs au FluMist ( http://www.healthfreedomusa.org/docs/TamiFlu.pdf ), mon sang s’est glacé d’effroi. Pourquoi ? Pour quatre raisons :

1) Premièrement, le FluMist contient deux séquences d’ADN génétiquement modifiées du virus de la grippe H5N1 (le virus de la grippe aviaire). Ce sont les deux séquences qui manquent actuellement pour transformer le virus naturel H5N1 en un virus pandémique extrêmement mortel ; 

2) Deuxièmement, le FluMist contient le virus vivant, et non atténué, contrairement aux autres vaccins, ce qui le rend évidemment beaucoup plus dangereux. Je rappelle que le vaccin oral Sabin contre la polio contenait, à l’époque, un virus vivant. Lors de campagnes massives de vaccination faites par l’OMS partout dans le monde, ce vaccin a été reconnu responsable de la recrudescence spectaculaire des cas de polio, ce qui a obligé l’OMS de stopper ses campagnes ;

3) Troisièmement, les fabricants du FluMist (MedImmune) avertissent dans la notice du vaccin ( http://www.medimmune.com/pdf/products/flumist_pi.pdf ) que la personne qui vient de recevoir ce vaccin est potentiellement contagieuse pendant 21 jours. Car les virus vivants vaporisés dans les muqueuses nasales peuvent être réexpulsés pendant trois semaines. MedImmune recommande donc aux personnes vaccinées de se tenir à l’écart de toutes les personnes immunodéprimées. Ils ajoutent d’ailleurs dans la même notice que ce virus peut être très dangereux pour les personnes immunodéprimées recevant le vaccin. Quand on sait qu’aux Etats-Unis, on compte 65 millions de personnes immunodéprimées, quand on sait que les vaccinations de masse ne prévoient plus les procédures de diagnostic médical avant la vaccination, on imagine le carnage que ça peut faire chez les vaccinés immunodéprimés et dans l’entourage des vaccinés au FluMIst ;

4) Quatrièmement, je me suis souvenu d’un article que j’avais lu en mai 2009, écrit par un des grands opposants français à cette campagne de vaccination de masse, le Docteur Marc Vercoutere ( http://www.lepost.fr/article/2009/09/04/1681457_dossier-grippe-a-les-3-documents-emis-par-le-docteur-marc-vercoutere.html ). Ce qu’il disait avait retenu toute mon attention : Le virus H1N1 (humain-porcin) est très contagieux, mais très peu virulent (ça, on l’a constaté). Le virus H5N1 (aviaire) est très peu contagieux, mais très virulent (ça aussi, on l’a constaté, puisque seulement 248 personnes sont mortes entre 1998 et 2008 de la soi-disant pandémie de grippe aviaire). Par contre, si le virus H1N1 entrait en contact avec le virus H5N1, il pourrait se produire une commutation qui créerait un virus résultant de la combinaison H1N1 + H5N1 qui serait à la fois très contagieux et très virulent.

Ce dernier point, la combinaison des différentes souches, je l’avais mentionné à l’étape n° 9. Sauf que je m’étais trompé sur la méthode. Je pensais que ce mélange serait fait au sein des vaccins officiellement préparés. En fait, le FluMist était un moyen bien plus pratique pour contaminer non seulement les vaccinés, mais aussi l’entourage des vaccinés. Pas étonnant que les Etats-Unis n’ont commandé que 40 millions de doses. Amplement suffisant pour contaminer également l’entourage porteur du virus H1N1.

Aux Etats-Unis, on observe depuis quelques jours, une augmentation du nombre de morts de la grippe, que les autorités attribuent, évidemment, à la mutation du virus H1N1 sous une forme beaucoup plus dangereuse et mortelle que la souche qui a circulé jusqu’à présent (étape n° 10). Évidemment, personne ne pensera à attribuer la cause de la mortalité à la vaccination. Bien sûr que non. De toute façon, le peuple hypnotisé par six mois de propagande médiatique ne réfléchit plus. Pour eux, c’est trop tard, et personne ne pourra rien faire.

C’est là que la logique voudrait qu’on arrête de vacciner, même quand on croit à l’efficacité du vaccin. Car si le virus mute, le vaccin préparé depuis fin mai 2009, ne sera plus d’aucune utilité. Mais ça, c’est un détail qui ne dérangera même pas les experts prostitués du Monde entier à la solde des consortiums pharmaceutiques.

C’est la raison pour laquelle il a été très facile pour le très méritant prix Nobel de la Paix, Barak Hussein Obama (c’est son vrai nom), de décréter l’état d’urgence sanitaire (étape n° 11), qui est l’étape préalable à l’instauration d’un état totalitaire et dictatorial. Je rappelle quand même que la FEMA (Federal Emergency Management Agency) aura la gestion de toute cette campagne de vaccination massive que j’annonce comme obligatoire depuis fin août. Quand on sait, par ailleurs, que c’est à la FEMA qu’on a confié la gestion des 800 camps de concentration vides disséminés sur tout le territoire des Etats-Unis, ça donne des frissons. Mais on n’en est pas encore là, mes amis. Ça, c’est l’étape n° 12 que je vous prédisais le 10 septembre dernier.

Dans les autres pays :

À noter que la France sera, d’après moi, le premier pays européen à déclarer l’état d’urgence sanitaire. En effet, son Führer Nicola SS arkozy ne voudrait quand même pas être à la traîne de son modèle américain, le dictateur Obama. Comme le FluMist n’est pas autorisé en Europe, la stratégie est différente, mais le principe est le même. Il faut savoir qu’un premier lot de vaccins a été livré à la France le 27 août dernier, en provenance de l’entreprise pharmaceutique la plus criminelle du monde : Baxter (je vous rappelle que c’est Baxter qui avait contaminé 72 kg de matériel vaccinal en février 2009, en mélangeant « par accident » le virus de la grippe H3N2 à celui de la grippe H5N1 – je ne recommence pas mon explication sur les commutations. C’est la même chose que ci-dessus). Ces vaccins livrés fin août à la France sont très certainement des vaccins contenant le virus de la grippe aviaire H5N1, issus de ce qui avait été produit antérieurement par Baxter en préparation de la pandémie de grippe aviaire (il faut bien recycler les invendus, non ?). D’ailleurs, il est impossible que ce soit des vaccins contenant le H1N1 – les délais de fabrication étant trop courts, par rapport à la date de livraison de la souche Californienne qui a servi à la production des vaccins. Ces vaccins ont été gardés sous haute surveillance militaire à Miramas, en Provence (Sud de la France). Et ce sont eux qui sortent les premiers...

- Mon hypothèse intuitive (jusqu’à présent, toutes les intuitions que j’ai depuis mai 2009 se sont avérées exactes, mais je peux me tromper) : les premières personnes vaccinées en France le seront avec le vaccin contre le H5N1 (mais, on ne leur dira pas). Les vaccinés qui seront déjà porteurs du H1N1 risquent de vivre une commutation entre le H5N1 vaccinal et le H1N1 présent dans le corps et faire des complications, et en mourir probablement.

- Autre hypothèse intuitive : comme la France est à peu près le seul pays qui exige une traçabilité absolue de la vaccination ( http://www.santelog.com/modules/connaissances/actualite-sante-vaccination-anti-h1n1-tous-demasques-!_2031.htm et http://mondesante.com/pandemies/grippe-a/base-de-donnees-gestion-et-%20suivi-des-vaccinations-contre-la-grippe-a-254.html ) (où l’on notera soigneusement le numéro du lot dispensé à une personne), j’imagine qu’il se pourrait que la deuxième injection se fasse avec un vaccin contenant, lui, le virus H1N1. Histoire d’être sûr de provoquer la fameuse commutation tant attendue H5N1 + H1N1. On retrouve, dans les deux cas, l’étape n° 9.

Donc, attendez-vous, chers amis Français, que la France décrète, elle aussi l’état d’urgence sanitaire dans quelques jours, car c’est dans ce pays que la deuxième vague va frapper dur ! Entraînant, à sa suite, la déclaration de l’état d’urgence sanitaire dans tous les pays européens. Et que mes amis belges ne se croient pas protégés par l’amendement obtenu il y a quinze jours, garantissant la liberté de vaccination ! Si l’OMS déclare l’obligation, pour tous les pays signataires de sa charte, de procéder à des vaccinations de masse, le gouvernement belge et Madame Onkelinx auront beau jeu de déclarer que ce n’est plus sous leur contrôle...

Concernant le Québec, sachez que je suis extrêmement inquiet de la tournure des événements. Nous assistons à une monopolisation des médias par les irresponsables de Maladie Publique et à un durcissement du ton de la part de plusieurs ministres de la Maladie. Quand j’entends que les infirmiers et infirmières refusant la vaccination sont menacés d’être mis à pied sans compensation salariale, quand j’entends le Ministre Bolduc interdire les médecins de donner leur avis à leurs patients en matière de vaccination sous peine de sanction (suspension ou radiation de l’ordre des médecins), quand j’entends le même Ministre menacer d’instaurer l’état d’urgence sanitaire (en faisant appel à la loi votée en décembre 2001), quand j’entends que les Etats-Unis viennent de décréter l’état d’urgence, et vu notre proximité géographique, je suis certain que la vaccination sera obligatoire au Québec avant la fin de l’année 2009. De toute façon, la ministre fédérale de la Maladie, Leona Aglukkaq a déclaré, à deux jours d’intervalle que la vaccination ne serait pas obligatoire, d’une part, et que son objectif était de vacciner 100 % de la population !

Autres armes utilisées contre nous :


Dans les propos que je vous ai tenus, j’ai omis de vous parler de deux facteurs potentiellement favorables à l’hécatombe.
Je n’ai pas le temps de les développer.

Le premier, je l’avais déjà mentionné dans un de mes précédents courriels (d’ailleurs, vous pouvez les relire tous sur mon site Internet, dans la section articles) : c’est le rôle néfaste et mortel du Tamiflu. En effet, j’avais remarqué que la plupart des personnes jeunes et en bonne santé qui mourraient de Détresse Respiratoire Aiguë ou de surinfection bactérienne pulmonaire avaient pratiquement toutes été traitées au Tamiflu, dans les heures précédant leur décès. Voir, entre autres (mais j’en ai des dizaines) : http://www.flutrackers.com/forum/showthread.php?t=126123 . Ce qui m’avait fait dire, d’ailleurs : « Lorsqu’on vous parlera de quelqu’un mort de la grippe, vérifiez s’il a été vacciné juste avant ou s’il a reçu du Tamiflu. Depuis que cette information s’est répandue, la presse ne mentionne plus cette information lorsqu’elle relate la mort d’une personne en bonne condition (sauf la grippe).

Le deuxième, c’est qu’il y a eu, depuis mars 2009, une très grande intensification de Chemtrails dans le ciel, aussi bien en Europe qu’en Amérique du Nord (je n’ai pas d’informations pour les autres continents). Une référence, parmi des milliers d’autres : http://www.chemtrails-france.com/ . Pour ceux qui ne le savent pas, il s’agit de traînées répandues dans le ciel par des avions volant à haute altitude, qui imitent les traînées de condensation que font les avions de ligne. Vous savez, ces traînées blanches qu’on voit à l’arrière des avions. Les vraies traînées demeurent dans le ciel maximum une minute, car ce n’est que de l’eau et les gouttelettes se dispersent rapidement (quand j’étais petit, j’avais du plaisir à observer cela). Les Chemtrails (littéralement, traînées chimiques) sont disséminés dans le ciel par une série d’avions volant dans deux directions perpendiculaires, créant ainsi un quadrillage. À la différence des traînées de condensation, non seulement ces traînées ne disparaissent pas en une minute, mais au contraire, elles grossissent et finissent par se rejoindre, plombant le ciel bleu d’une lourde chape de nuages gris en quelques heures. Un biochimiste britannique participant à ces opérations a révélé, l’été dernier, que ces traînées chimiques contenaient des aérosols précurseurs à base de Baryum cancérigène, qui réagiront une fois en contact avec les composants du vaccin, pour provoquer une propagation rapide du virus H1N1 (voir la page 4 du document http://www.lepouvoirmondial.com/media/02/00/2026651703.pdf ). Virus qui, bien entendu, retombent sur nos têtes régulièrement... Vous ne me croyez pas ? La prochaine fois que le ciel est dégagé, jetez un oeil dehors. Si vous trouvez des traînées persistantes, sachez qu’elles sont chimiques !

Concrètement, que faire ?

- Tout d’abord, ne pas paniquer. Quand vous entendrez que le nombre de morts augmente, vérifiez (une fois de plus) si c’est parmi les vaccinés. Si c’est le cas, vous saurez la position à prendre par rapport à ce vaccin.  

- Rappelez-vous aussi qu’en aucun cas, un vaccin ne renforce le système immunitaire. Au contraire, chaque vaccination est une agression qui affaiblit un peu plus le système immunitaire (je n’ai pas le temps de développer cela, mais ce que je vous dis est basé sur 25 ans de lectures relatives à la vaccination). Donc, quand on conseille aux personnes à risque de se faire vacciner en premier (les jeunes enfants, les femmes enceintes, les personnes immunodéprimées, les personnes atteintes de maladie chronique, etc.), je crains qu’il ne s’agisse d’un remake du massacre des innocents relaté dans la Bible !  

- Protégez vos enfants. Je vous avertis que, dans quelques jours, des unités mobiles débarqueront dans les écoles pour vacciner tous vos enfants. Rien ne garantit que le consentement des parents sera demandé (étant donné la soi-disant urgence). Certaines sources avancent la date du 5 novembre pour la France. À votre place, je donnerais, dès à présent, un congé à durée illimitée à mes enfants. Rater une année scolaire n’est rien face au danger mortel de cette campagne de vaccination.  

- En aucun cas, ne suivez les consignes qui vous seront données. Ne vous présentez pas aux centres de vaccination. De toute façon, ils n’ont pas assez de place dans les prisons pour mettre deux-tiers de la population. C’est la loi du nombre qui vous protègera, et aussi, votre détermination à ne pas céder à la panique ou à l’intimidation (je sais de quoi je parle, moi qui suis attaqué par les médias, les responsables politiques, les citoyens, sans compter les attaques que je reçois au niveau occulte contre moi (magie noire, rituel vaudou, etc.).  

- Prenez soin de votre système immunitaire par des moyens naturels. Et les moyens les plus naturels sont encore l’amour, le rire, le mouvement, l’alimentation saine, le repos. Vous pouvez aussi, pourquoi pas, vous aider avec de la vitamine C. Prévoyez aussi du chlorure de magnésium, excellent en cas de début de grippe ( http://www.onnouscachetout.com/le-chlorure-de-magnesium ). Et les lavements du docteur Gerson sont redoutables d’efficacité pour drainer le foie et les canaux biliaires (voir http://artdevivresain.over-blog.com/article-21645622.html ).  

- Continuez à diffuser de manière large ces informations. Plus il y aura de gens au courant, moins les gouvernements auront de marge de manoeuvre dans leurs mensonges. Nous sommes en train de gagner la bataille de l’information, ne l’oubliez pas ! En France, il n’y a plus que 17 % des Français qui acceptent la vaccination. En Allemagne, il n’y en a pas beaucoup plus !  

- Enfin, n’oubliez pas que tout cela est une merveilleuse opportunité pour nous de grandir en conscience et en Puissance, dans notre souveraineté individuelle ! L’ombre a toujours travaillé au service de la lumière. Ne l’oubliez pas.

Alors, bonne campagne de désobéissance à tous et à toutes !

Restons debout et conscients !

Jean-Jacques Crèvecoeur
Montréal (Québec)

PS : Voici les liens pour trois de mes interventions dans les médias au Québec. Pour ceux qui ont de la difficulté à me comprendre à la lecture.

- Sur LCN, avec Jean-Luc Mongrain, le 30 septembre 2009 : htt://videos.l pcn.canoe.ca/video/42812260001/mongrain-partie-iii/

- Sur Radio-Canada, avec Paul Arcand, le 21 octobre 2009 : http://www.985fm.ca/chmp/audio/audioplayer.php?url=http://mediacorus.corusquebec.com/webcorus/audio/content_Audio/242861.mp3  

- Sur LCN, avec Denis Lévesque, le 23 octobre 2009 : http://videos.lcn.canoe.ca/video/46106057001/emission-du-23-octobre/

Courriel no. 6 de Jean-Jacques Crèvecoeur - Pourquoi je refuse la vaccination

Courriel no. 6 de Jean-Jacques Crèvecoeur (13 octobre 2009)

http://jean-jacques-crevecoeur.com/index.php?option=com_content&view=article&id=105:courriel-6&catid=65:grippe-a-h1n1&Itemid=98

 

POURQUOI JE REFUSE CATÉGORIQUEMENT

CE VACCIN CONTRE LA GRIPPE H1N1 ?

Madame, Monsieur,
Chers amis,

De plus en plus de scientifiques, de médecins, de professionnels de la santé osent sortir de leur réserve pour dénoncer les dangers de cette campagne de vaccination massive. Nous sommes en train de gagner la bataille de l’information, grâce aux centaines de milliers de personnes qui relaient les informations émises par des lanceurs d’alerte de plus en plus nombreux et des chercheurs courageux et engagés. Tel est aussi mon engagement. Plus que jamais, je vous demande de faire votre part : diffusez ces informations à tout votre carnet d’adresses, sur vos blogs et vos sites Internet. C’est votre vie et votre liberté qui sont en jeu.

Certains gouvernements viennent d’entamer leurs campagnes de vaccination (Chine, Etats-Unis, Espagne pour ne citer qu’eux). D’autres se préparent à le faire dans les prochains jours ou les prochaines semaines. Les autorisations de mise sur le marché ont été octroyées dans la précipitation, alors que la plupart des vaccins n’ont pas été testés. Ici, au Canada, les compagnies font appel à des volontaires (qui seront payés) pour tester dans les prochaines semaines des vaccins qui seront délivrés à la population AVANT les conclusions des études. Malgré tout, notre ministre fédérale de la Santé, Leona Aglukkaq, nous rassure en nous affirmant que nous recevrons tous un vaccin sûr et efficace. Il semble que le mensonge soit devenu monnaie courante dans ce dossier, où les incohérences, les illogismes et les déclarations péremptoires se succèdent allègrement sans qu’aucun journaliste ne s’en émeuve ou ne demande des comptes. Comme vous le voyez, tout va très bien dans le meilleur des Mondes.

Une aventure passionnante


Dans les prochains jours, sachez que mes courriels seront traduits en anglais, en allemand, en espagnol, en italien, en portugais et en néerlandais, par des bénévoles que je ne connais pas, mais qui sont devenus des amis invisibles et des alliés de ce combat pour notre liberté et notre souveraineté individuelle.

Même si mes journées sont très longues, même si les attaques de certains journalistes, de certains thérapeutes et de beaucoup de mes amis sont pénibles, je tiens à vous partager que je vis les heures les plus passionnantes de toute mon existence. Comme si la perspective de cette campagne de vaccination criminelle donnait du sens à tout ce que j’ai acquis comme expérience et comme compétence depuis trente ans. Et je remercie les forces de l’Ombre qui agissent à travers les instances de l’OMS, les compagnies pharmaceutiques, les gouvernements, les responsables de santé publique et les grands médias de me donner l’opportunité, en tant qu’être humain, de me mettre debout et de dire non, calmement, sans peur et en pleine conscience des enjeux qui s’offrent à moi.

Pourquoi je refuse catégoriquement le vaccin contre la grippe H1N1 ?

Cette énumération de raisons n’engage que moi. Ce sont les conclusions auxquelles je suis arrivé, après plusieurs mois d’études approfondies des documents scientifiques, des publications officielles et des déclarations des instances sanitaires. Je vous ai placé quelques liens de sites Internet pour que vous puissiez vérifier par vous-même l’information, et pour que vous puissiez approfondir votre propre réflexion. Comme vous le verrez, les raisons de mon refus sont nombreuses. Je ne vous demande pas d’adhérer à l'ensemble de mes arguments, car chacun a une sensibilité différente. Ce que je vous invite à faire, c’est de ressentir quelles sont les phrases qui entrent en résonance avec votre propre réalité. Et de suivre simplement la voix de votre conscience. De toute manière, une seule raison devrait suffire pour vous pousser à refuser ce vaccin. Si tel est votre choix, pour vous et pour vos proches.

- je refuse ce vaccin parce qu’il n’existe, à ce jour, aucune pandémie de grippe en 2009 (Je rappelle que c’est l’OMS qui, le 27 avril 2009, a manipulé la définition d’un niveau de pandémie et a abaissé fortement le seuil d’atteinte d’une pandémie - Voir : http://www.who.int/csr/disease/influenza/pipguidance09FR.pdf . Avant cette date, les chiffres actuels n’auraient même pas fait l’objet de la moindre communication médiatique. En effet, cette grippette n’a fait que 4.525 morts (chiffres de l’OMS au 4 octobre 2009 – voir : http://www.who.int/csr/don/2009_10_09/en/index.html), soit cinquante fois moins que la grippe saisonnière habituelle, qui tue entre 250.000 et 500.000 personnes par an ! - voir : http://www.who.int/mediacentre/factsheets/fs211/fr/) ;

- je refuse ce vaccin parce que quarante années de vaccination antigrippale n’ont apporté aucune preuve convaincante de son efficacité (En d’autres termes, depuis quarante ans, les gens vaccinés contre la grippe sont aussi malades de la grippe que les non-vaccinés – voir : http://www.rolandsimion.org/IMG/pdf/Vacciner_ou_pas.pdf -, mais dépensent davantage en soins de santé dans l’année qui suit la vaccination) ;

- je refuse ce vaccin parce que j’ai 50 fois plus de chances de mourir des conséquences de la vaccination que de mourir de cette grippe (en effet, si dans les six prochains mois, on double le nombre de morts provoqués par la grippe H1N1, cela fera 13.000 morts en un an pour l’ensemble de la planète (6,8 milliards d’habitants). J’ai donc une chance sur 520.000 de mourir de la grippe. Par contre, d’après le pharmacoépidémiologue Marc Girard, nous avons une chance sur 10.000 de mourir des suites de ce vaccin H1N1 – voir : http://www.youtube.com/watch?v=dXAK_6iZbH0&feature=player_embedded# . Faites le calcul : j’ai donc, en cas de vaccination forcée, cinquante fois plus de chances de mourir de la vaccination que de la grippe) ;

- je refuse ce vaccin parce que l’histoire récente a montré que le dernier vaccin préparé dans la précipitation contre une pandémie de grippe porcine (qui n’a jamais eu lieu) en 1976 a fait bien plus de morts que la pandémie elle-même et a causé des milliers d’effets secondaires (dont plus de 530 cas de Guillain Barré) voir : http://pharmacritique.20minutes-blogs.fr/archive/2009/08/26/la-grippe-a-ou-grippe-porcine-de-1976-epidemie-d-effets-seco.html ;

- je refuse de servir de cobaye pour tester un nouveau type de vaccin que je n’ai pas demandé et qui n’a jamais été testé en aucune circonstance (voir, à ce propos, l’excellent argumentaire du syndicat national des professionnels infirmiers, en France : http://www.syndicat-infirmier.com/Vaccination-H1N1-mefiance-des.html ) ;

- je refuse ce vaccin parce qu’aucun test sérieux n’a été effectué pour mesurer l’effet à long terme (quelques mois à quelques années) des adjuvants (dont le squalène) contenus dans ce nouveau type de vaccin (voir aussi le même argumentaire du Syndicat des infirmiers. C’est la première fois que ce type de vaccin sera mis sur le marché, avec des doses d’antigène dix fois moins élevées. Ce qui oblige les fabricants à augmenter la quantité d’adjuvants et d’additifs, sans disposer d’aucun recul sur les conséquences de ce changement en termes de santé publique et en termes de sécurité) ;

- je refuse ce vaccin parce qu’il contient plus de mercure (sous forme de Thimérosal) que tous les vaccins jamais fabriqués ;

- je refuse ce vaccin parce qu’aucun échantillon suffisamment large de population ne sera utilisé pour détecter les effets secondaires sévères et rares de ce vaccin (par exemple, pour vérifier si le vaccin pourrait augmenter les cas de syndromes de Guillain Barré – voir : http://www.dailymail.co.uk/news/article-1206807/Swine-flu-jab-link-killer-nerve-disease-Leaked-letter-reveals-concern-neurologists-25-deaths-America.html , il faudrait tester le vaccin pendant plusieurs semaines sur un échantillon d’un million de personnes avant sa mise en marché – voir : http://www.journals.uchicago.edu/doi/abs/10.1086/603560 . Or, habituellement, les nouveaux vaccins sont testés sur quelques dizaines ou quelques centaines de personnes, pendant quelques jours) ;

- je refuse de recevoir dans mon corps, par l’entremise de ce vaccin, l’information génétique contenue dans le virus A H1N1, tant que toute la lumière n’aura pas été faite sur son origine mystérieuse (en effet, je rappelle que l’équipe du laboratoire de Pathologie Moléculaire des Forces Armées Américaines, sous la direction du docteur J.K. Taubenberger, a déterré, en 2004, le cadavre d’une victime de la grippe espagnole de 1918 pour prélever des tissus pulmonaires – voir : http://www.sciencemag.org/cgi/content/abstract/310/5745/77 ou http://www.nature.com/nature/journal/v437/n7060/abs/nature04230.html . Grâce à cela, ils ont ressuscité le virus pandémique de 1918, ce qui a inquiété plusieurs scientifiques à propos des possibilités d’utilisation de ce virus comme arme bio-terroriste – voir : http://www.thelancet.com/journals/laninf/article/PIIS1473-3099(06)70442-X/fulltext . Le fait que ces manipulations aient été faites dans un laboratoire des Forces Armées Américaines n’a rien pour me rassurer. Voir aussi les déclarations de l’expert russe Leonid Ivachov : http://etat-exception.blogspot.com/2009/05/leonid-ivachov-les-medecins-militaires.html ) ;

- je refuse ce vaccin qui m’est imposé à coups de propagande par les médias, à coups de mensonges et de manipulation de la part des autorités sanitaires et à coups de lois liberticides qui feraient de moi un criminel passible d’emprisonnement si je refuse de m’y soumettre ;

- je refuse ce vaccin parce que depuis des années, je prends soin de mon équilibre physiologique, émotionnel et intérieur de manière autonome et responsable, sans recourir à des médicaments et des vaccins susceptibles d’engendrer bien plus d’effets secondaires indésirables que les bénéfices qu’ils procurent (surtout que dans le cas spécifique des vaccins antigrippaux, aucun bénéfice n’est à mettre à l’actif de ceux-ci) ;

- je refuse ce vaccin parce que je revendique le droit inconditionnel et inaliénable d’être malade, car j’ai compris depuis des années que - comme le disait Carl Gustav Jung - « la maladie est l’effort que fait la nature pour retrouver son équilibre. » Et je préfère être malade de la grippe pendant quatre jours, que paralysé pendant mes quarante prochaines années de vie ;

- je refuse ce vaccin parce que je n’ai aucune garantie qu’on ne m’injectera pas, par la même occasion, une micro-puce fabriquée par Hitachi ou Verichip, sous prétexte de pouvoir détecter en temps réel la présence du virus H1N1 dans mon corps (voir : http://www.verichipcorp.com/092109.html ), me réduisant par le fait-même à une proie qu’on peut suivre à la trace, à du bétail qu’on peut manipuler à distance par ondes radio-fréquence et à un citoyen dont on peut, à tout moment, contrôler les dossiers médical, juridique, judiciaire, administratif, bancaire et personnel (voir aussi ce reportage de LCI : http://www.dailymotion.com/video/x5fyck_puce-sous-cutanee-rfid-verichip-mic_news ) ;

- je refuse ce vaccin parce que je n’ai plus aucune confiance dans l’intégrité des scientifiques et des responsables politiques en conflit d’intérêt permanent avec les compagnies pharmaceutiques ;

- je refuse ce vaccin parce que je n’ai plus aucune confiance dans l’indépendance et la neutralité de l’Organisation Mondiale de la Santé, financée par des banques privées (Rockefeller, Rothschild et Morgan) qui détiennent des parts majoritaires dans les plus grosses compagnies fabriquant les vaccins ;

- je refuse ce vaccin parce que je ne veux pas être complice de l’enrichissement des sociétés pharmaceutiques sous prétexte de m’offrir une protection factice et illusoire ;

- je refuse ce vaccin, tout simplement, parce que nul ne peut m’obliger à accepter un remède ou un traitement médical sans mon consentement libre et éclairé ;

- je refuse ce vaccin qui ferait de moi l’esclave soumis de l’élite du monde. Et je suis conscient que mon refus m’élève au-dessus de la logique maître - esclave et me transforme en individu debout, libre et souverain.


Pour certains d’entre vous, il ne reste que quelques jours pour choisir l’attitude que vous adopterez.
Continuerez-vous à vivre dans la peur et dans la soumission ? Ou allez-vous enfin vous mettre debout et reprendre votre vie et votre santé en mains, de façon autonome et responsable ?

Quelque soit votre choix, faites-le en conscience. Que votre OUI soit un OUI, et que votre NON soit un NON !
Souvenez-vous que l’Ombre travaille, sans le savoir et sans le vouloir, au service de la Lumière.
À vous, à présent, de choisir votre camp !

Restons debout et vigilants.

Cordiales salutations.

Jean-Jacques Crèvecoeur
Montréal (Québec - Canada)
Ce 13 octobre 2009

Reproduction et diffusion intégrales ou partielles autorisées et vivement encouragées.

 

Courriel de Jean-Jacques Crèvecoeur - Bientôt réduit au silence

Courriel de Jean-Jacques Crèvecoeur - Bientôt réduit au silence (23 octobre 2009)

http://jean-jacques-crevecoeur.com/index.php?option=com_content&view=article&id=111:courriel-7&catid=65:grippe-a-h1n1&Itemid=98

 

Madame, Monsieur,
Chers amis,

J’ai passé douze heures à rédiger mon dernier courriel.
Je l’ai envoyé samedi soir (24/10/09) pour constater, dimanche matin, qu’aucun des 7.200 courriels envoyés depuis ma boîte à courriels ne vous était parvenu. Seuls, ceux envoyés (5.334 adresses) depuis le serveur de mon site Internet sont arrivés.

Après enquête auprès de mon fournisseur d’accès, il est apparu que mon texte a fait l’objet d’une censure totale de la part de leur serveur (la belle excuse, c’est le serveur qui a analysé mon texte et qui l’a trouvé antidémocratique, peut-être ?). À l’heure où l’état d’urgence sanitaire vient d’être proclamé par le président américain, cette censure radicale dont je fais l’objet n’est pas de bonne augure. Les responsables politiques de la Santé deviennent très nerveux face au refus grandissant de la population.

Bientôt, je serai, comme d’autres, réduit au silence.

Je vous invite ardemment à aller sur mon site Internet, dans la section articles, puis de lire mon courriel numéro 7 (et de relire les autres, et de les transmettre).
http://jean-jacques-crevecoeur.com/index.php?option=com_content&view=article&id=111:courriel-7&catid=65:grippe-a-h1n1&Itemid=98

Dans la même section articles, vous pouvez lire mon dernier coup de gueule, la lettre que j’ai envoyée personnellement aux journalistes québécois :

 http://jean-jacques-crevecoeur.com/index.php?option=com_content&view=article&id=110:journalistes-prostitues&catid=69:mes-coups-de-gueule&Itemid=102

C’est pour l’instant, la seule façon d’en prendre connaissance.
Vous pouvez aussi le copier ou le télécharger en format pdf (cliquez sur la petite icône pdf en haut de l’article), vous pouvez le coller sur vos blogues, sur vos sites Internet et l’envoyer à votre carnet d’adresses.

Il est probable que mon site Internet sera attaqué et détruit dans les prochains jours.

En attendant, des innocents commencent à mourir des suites de la vaccination.
Mais Jean de la Fontaine ne disait-il pas que la raison du plus fort est toujours la meilleure?

À mon avis, comme on dit au Casino : les jeux sont faits. Rien ne va plus.
Et à la grâce de Dieu.

Restons debout, éveillés et conscients.

Jean-Jacques Crèvecoeur
Montréal (Québec – Canada)

Rappel aux Québécois : deuxième conférence de ma tournée.
Profitez-en tant que je suis encore libre de parler.
Dans quelques semaines, l’état d’urgence sera déclaré et les réunions probablement interdites.


Dans cet océan de mensonges, de désinformation, de manipulation médiatico-politico-sanitaire, j’ai choisi de me mettre debout et de prendre la parole en public, pour informer un maximum de personnes avec des informations irréfutables et fondées sur le bon sens, la logique et les publications scientifiques. Tel est l’objectif de mes conférences. Je ne les donnerai qu’une seule fois. Ensuite, soit nous aurons réussi à faire reculer le gouvernement dans son projet de vaccination de masse obligatoire ; soit nous aurons échoué, et nous serons plongés dans un régime proche de la dictature, dirigé par des psychopathes malades et corrompus.

Il est donc important que vous vous informiez le mieux possible, et que vous deveniez, à votre tour, les diffuseurs de ces informations respectueuses de notre intelligence.

Je vous invite donc à venir nombreux aux prochaines conférences, et à les faire connaître autour de vous.

Cordialement

Jean-Jacques Crèvecoeur


Programme de mes prochaines conférences :

  • lundi 26 octobre 2009 – Gatineau – 19h : La vérité sur les vaccins
  • mardi 27 octobre 2009 – Québec – 19h : La vérité sur les vaccins
  • mercredi 28 octobre 2009 – Chicoutimi – 19h : La vérité sur les vaccins
  • jeudi 29 octobre 2009 – Montréal – 19h : La vérité sur les vaccins
  • vendredi 30 octobre 2009 – Joliette - 19h : Grippe A H1N1 : est-il vraiment nécessaire d’aller se faire vacciner ?
  • samedi 31 octobre 2009 – Montréal – 16h : Sommes-nous nés pour être esclaves ? Retrouver notre puissance individuelle dans un monde de pouvoir et de contrôle
  • samedi 14 novembre 2009 – Trois-Rivières (pour la première fois) : 13h30 : Les dessous de la grippe H1N1


Pour avoir le détail du contenu des conférences, les coordonnées des organisateurs, les lieux, rendez-vous sur mon site à la rubrique calendrier, puis cliquez sur l’événement de votre choix : http://www.jean-jacques-crevecoeur.com/index.php?option=com_jevents&task=cat.listevents&Itemid=117
.

Et profitez-en pour vous inscrire sur ma liste d’envoi, car bientôt, seuls ceux qui auront inscrit eux-mêmes leurs coordonnées sur mon site continueront de recevoir les informations concernant les différents dossiers que je suis et les activités que je propose.

Lettre de Mme La Pluie

De ce temps-ci, tout le monde se plaint du fait qu'il pleut tout le temps.

Eh bien, voici donc la réplique de Mme La Pluie:

 

Bonjour, c'est moi, la pluie.

Je voudrais répliquer à la campagne de dénigrement que vous menez à mon égard.

Je sais que vous me détestez depuis toujours, et encore plus que jamais.

Ben savez-vous quoi? Je suis encore plus tannée de vous autres que vous êtes tannés de moi! 

C'est fort. Ça fait 400 ans que j'endure; aujourd'hui, je déborde!

Je ne suis plus capable de vous entendre vous plaindre de moi: «Ah! Pas encore de la pluie! Maudite pluie! Y fait pas beau!» C'est quoi, ça, il ne fait pas beau?

C'est tout à fait subjectif.

 

Pourquoi le soleil, c'est du beau temps, et la  pluie du mauvais temps?

Vous irez en Éthiopie, au 100e jour de sécheresse, voir s'ils trouvent qu'il fait beau.

Laissez-moi vous dire que, lorsque j'arrive là-bas, c'est moi, le beau temps.

Pourquoi êtes-vous en adoration devant le soleil? Le soleil vous brûle, vous donne le cancer et vous tue.

Vous êtes absurdes. Vous vous déshabillez quand il fait soleil et vous vous habillez quand il pleut! Gros quotients!

C'est le contraire qu'il faut faire. Le soleil, c'est du feu. La pluie, c'est de l'eau.

Vous habillez-vous pour prendre votre douche? Votre peau aime l'eau. Votre peau haït le feu. Vivez en harmonie avec votre corps. Quand il pleut, au lieu de vous couvrir et de vous réfugier dans la maison, enfilez votre maillot et venez dehors.

Pas besoin de crème et d'indice de protection. Vous n'êtes jamais autant en sécurité dehors que lorsqu'il pleut. Bien sûr, un éclair peut venir vous chatouiller un peu. Mais là, pas besoin d'avoir peur, franchement!

Avez-vous déjà gagné à Loto-Québec?

Non? Ben vous ne serez pas foudroyé non plus.

J'ai un cœur, moi aussi. Comment pensez-vous que je me sens quand j'entends quelqu'un dire: «On a une saison pourrie, il pleut tout le temps»?  Ce n'est pas parce qu'il pleut qu'on ne peut pas avoir une saison merveilleuse.

Que fait l'homme quand il fait soleil?  Il joue au golf.

Que fait l'homme quand il pleut? Il fait l'amour. Vous n'allez pas me dire, messieurs, que vous préférez jouer au golf plutôt que faire l'amour à votre femme? 

Et vous, mesdames, vous n'allez pas me dire que vous préférez que votre mari joue au golf plutôt qu'il vous fasse l'amour? 

Il n' y a rien de plus romantique, de plus sensuel que moi.

Quand on tombe amoureux, on dit qu'on a un coup de foudre, pas un coup de soleil.

Le coup de soleil, ça vous rend rouge comme un homard, puis vous pelez pendant deux semaines.

Le coup de foudre vous rend heureux et léger.

Pourtant, vous chantez le soleil: «Soleil! Soleil!»

Vos grands poètes écrivent même des odes à la neige:

 «Ah! Que la neige a neigé...» «Mon pays, c'est l'hiver.»

Pour moi? Rien. À part une « toune » de Vilain Pingouin.  Rien pour remonter un ego. Voulez-vous bien me dire ce que je vous ai fait pour que vous aimiez même la neige plus que moi? C'est du racisme!

Après que je suis tombée, vous n'avez rien à faire.  Vous allez dehors et vous sifflez. Pas de pelletage, pas de millions à dépenser pour tout ramasser avec des camions. Niet. Votre gazon est plus beau.  Et l'air sent meilleur. Mais pas le moindre merci. Pas la moindre poésie.

Je suis tannée des petites météorologues qui parlent de moi comme si j'étais la peste ou Ben Laden: "On ne vous dira pas ce qui s'en vient pour la fin de semaine!  C'est effrayant! Faut surtout pas que vous soyez fâchés contre moi. Je n 'y suis pour rien!"
On le sait bien, que tu n'y es pour rien. Tu n'es pas Zeus!  Tu es juste une jolie fille qui lit des cartons.

La pluie est un effet spécial qu'aucun Stephen Spielberg n'est capable de reproduire.

Au cinéma, parfois, ils font pleuvoir sur un coin de rue, et ça leur coûte un bras! Wow! Moi, je suis capable de pleuvoir de Gaspé à Gatineau!

Pour pas une cenne! Profitez-en au lieu de gueuler!

Y a juste Gene Kelly qui a compris qu'on peut avoir du fun sous la pluie. Si toutes les belles filles se promenaient en costume de bain quand il pleut, il y aurait plus de gars sur les terrasses les jours de pluie que les jours de soleil.

Quand il pleut, c'est le temps de laver votre voiture, ça ne peut pas être plus écologique. C'est vrai, vous n'arrêtez pas de dire que l'eau est rare, qu'il faut l'économiser, il y a même des polices pour surveiller ce que le voisin fait avec son boyau. Et quand cette manne vous tombe du ciel, arrose vos jardins, nettoie vos trottoirs, gratis, vous trouvez le moyen de râler.

Ça va faire! Le monde change, ben vous allez changer. Le virage vert, vous allez le prendre pour vrai. Vous n'arrêtez pas de dire que vous êtes verts et vous déprimez quand il pleut. Ce n'est pas logique. Qu'est-ce qui rend la planète verte? Moi! La pluie! Le soleil la rend jaune caca.

Le réchauffement de la planète, ce ne sera pas ma faute à moi, ça va être la faute du soleil que vous aimez tant. Vous allez disparaître à cause du soleil, pas à cause de la pluie!

Avant, vous aimiez le soleil, maintenant vous allez aimer la pluie. Le beau temps, ça va être moi. Le mauvais temps, ça va être lui.

Sinon, je m'en vais. Ou plutôt, je reste!

 

Avez-vous compris une fois pour toutes...?

 

 

Mot de Bienvenue

Bonjour à vous tous et toutes sur le Blog de "Ici Planète Terre"

Bien sûr, nous continuerons ici nos discussions sur tout ce qui se rapporte à notre Belle Planète, la Terre.

Comme nous l'avons indiqué dans le Mot de Bienvenue du site lui-même, ce sujet est très vaste et donc, cela risque d'être une histoire sans fin.

Je vous invite donc à participer en grand nombre à ce Blog et à y ajouter vos commentaires ou suggestions. Ils seront les bienvenus.

Bonne Lecture.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site