Franc-Maçonnerie: Conditions d'admissibilité


Selon ses statuts, la franc-maçonnerie a toujours été ouverte aux membres de toutes les religions.

La cooptation (les membres décident de l'admission d'un nouveau membre) est la règle en franc-maçonnerie mais chacun est libre de déposer sa candidature aux obédiences. Cependant, il y a peu de candidatures spontanées: la plupart des postulants connaissent un membre de la loge qui leur a proposé de les instruire sur la démarche maçonnique et de parrainer leur candidature

L'Ordre Maçonnique mixte international "Le Droit Humain" admet toute personne majeure "libre et de bonnes moeurs". Par "libre", on entend toute personne libre de tout préjugé et ouvert à une remise en question de soi ainsi que libre de ses décisions. Par "bonnes moeurs", on suppose que cette personne est honnête et fiable (possède un casier judiciaire vierge), ne fait violence à personne, croit en la "religion naturelle sur laquelle tous les hommes sont d'accord" (notion d'un déisme tolérant) et qui respecte les lois religieuses et civiles de son pays.

Certaines obédiences de la branche traditionnelle exigent que le candidat soit chrétien (Grandes Loges scandinaves), d’autres ne lui demandent que d’affirmer sa foi en Dieu, d’autres enfin se bornent à exiger de lui qu’il accepte l’existence d’un Être suprême. Dans les obédiences libérales cependant, aucune croyance n’est exigée.

Depuis le début du XIXe siècle, certaines obédiences ont des exigences religieuses supplémentaires, comme le théisme (doctrine qui affirme que le principe du monde et de toute chose est un Dieu unique) ou la croyance en l’immortalité de l’âme.

Dans les branches dérivées de la franc-maçonnerie dite « libérale », cette croyance en un « Être Suprême » est facultative et les agnostiques (adepte de l'agnosticisme, doctrine qui déclare que l’absolu est inaccessible à l’être humain) ou les athées sont acceptés sans problème. Ce qui est d’ailleurs devenu la principale cause des mésententes entre les obédiences traditionnelles et libérales.

L’esprit de tolérance fait partie des valeurs affichées par la franc-maçonnerie. De même la spiritualité y est omniprésente autant dans le symbolisme que dans la démarche philosophique sur laquelle repose l’ensemble de la franc-maçonnerie. Cela suppose que la personne qui désire devenir franc-maçon s'engage à se transformer, recherche la tolérance et partage l'idéal de liberté, égalité et fraternité et possède une sensibilité s'accordant avec le symbolisme et la démarche initiatique.

La très grande majorité des loges requiert la croyance en un « Être Suprême » ou « Grand Architecte de l’Univers ». Mais le terme même de « Grand Architecte » peut être interprété de façon très diverse d’une loge à l’autre.

Si l'on choisit d’adhérer à l'Ordre Maçonnique mixte international "Le Droit Humain", cela implique qu'on est profondément convaincu que les êtres humains des deux sexes, sans distinction de races, philosophies ou religions peuvent travailler ensemble sur un pied d’égalité pour construire un monde meilleur. Respectueux de toutes les croyances relatives à l'éternité ou la non-éternité de la vie spirituelle, ses membres cherchent avant tout à réaliser le maximum de développement moral et intellectuel sur la terre pour tous les humains dans une humanité fraternellement organisée.

L'initiation marque symboliquement la naissance à une vie nouvelle en accord avec les idéaux maçonniques et ses méthodes de travail.

Une fois initié, le nouvel adhérant devient d’abord « apprenti », puis il passe au rang de « compagnon » pour enfin accéder au titre de « maître ». Ces grades se réfèrent aux bâtisseurs du Temple de Salomon et de son architecte Hiram.

Des frais d’adhésion, généralement moins de 500$, sont requis et comprennent le coût du tablier. De plus, on demande une cotisation annuelle, inférieure à 100$ la plupart du temps.

14 votes. Moyenne 3.57 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site