Franc-Maçonnerie, Pas une Société Secrète

Une société secrète, par définition, en est une qui cherche à dissimuler sa propre existence. Or, la franc-maçonnerie n'en est pas une. Elle est plutôt prudente et discrète. Elle ne fait aucun recrutement pour des membres ni de publicité autour de ses oeuvres de charité. De plus, le fait qu’il soit très difficile d’y entrer et facile d’en sortir fait de la franc-maçonnerie tout le contraire d’une secte.

La franc-maçonnerie n'est ni une secte, ni une religion, n’a à sa tête aucun gourou et n'a pas de "révélations" à faire. Elle s’oppose à tout dogmatisme. Fondée sur la croyance dans la fraternité des hommes, la franc-maçonnerie est une société où des hommes de toutes conditions, de toutes origines et de toutes religions, croyances ou philosophies conjuguent leurs efforts afin de bâtir un monde meilleur. Elle maintient, à l'égard de toutes les religions, le plus profond respect et demande à ses membres de respecter les différences d'opinion. Ses membres restent parfaitement libres de leurs pensées mais elle n'interdit à ses membres que deux sujets de discussion à l'intérieur des loges: la politique et la religion.

Elle recherche la vérité, mais ne prétend pas la détenir. Par contre, rechercher la vérité c'est aussi chercher à se connaître et à en savoir plus sur le monde qui nous entoure afin de mieux le comprendre. Les membres de la franc-maçonnerie sont donc invités à une recherche personnelle et collective sur des sujets divers, car seule la connaissance et la compréhension permettent d'évoluer, ce qui demande l'amour du travail bien fait.

De tous temps, elle a lutté contre le fanatisme religieux ou politique qui impose par la force des vérités dites absolues.

La Tolérance est la pierre angulaire de la franc-maçonnerie. Tolérer ne veut cependant pas dire être indifférent, mais simplement comprendre et accepter des conceptions contraires aux nôtres ainsi qu’admettre que, dans une société saine, tous les points de vue peuvent s'exprimer, en autant qu'ils n'appellent ni à la haine ni à la violence destructrice.

Ce respect de la différence suppose donc la reconnaissance du droit à l'égalité entre tous les êtres humains et de la liberté de chacun de choisir sa propre voie et sa propre interprétation des phénomènes qui nous entourent.

La devise de la franc-maçonnerie libérale « Liberté, égalité, fraternité » résume bien ses principes. L'individu doit être libre dans une société libre, égalitaire et solidaire. La franc-maçonnerie s'oppose aux dictatures et à toute forme de fanatisme, là s'arrête sa tolérance. Elle prône l'égalité des droits et des chances pour tous les individus, quelle que soit leur classe sociale, leur ethnie, leur sexe, leur orientation sexuelle, leur handicap. Et enfin, elle considère que la solidarité entre les êtres humains est ce qui leur permet de mieux travailler et de trouver une solution aux divers problèmes individuels ou collectifs.

Ces grands principes, que l'on retrouve aujourd'hui dans la Charte des droits de la personne des pays démocratiques, furent, par le passé, des valeurs plutôt révolutionnaires et furent essentiellement soutenues par des esprits progressistes, parmi lesquels de nombreux franc-maçons.

Dans un groupe maçonnique, aucune distinction sociale ou intellectuelle n’est faite entre les individus et la liberté de conscience de chacun y est respectée.

Le désir de justice animant les membres de la franc-maçonnerie s'accompagne de la conviction que tout est perfectible: les être humains comme les sociétés ainsi que les lois qui les régissent. Il est du devoir de chacun de s'améliorer et de contribuer à l'amélioration de la société, en prenant des moyens concrets afin de réaliser ce double idéal.

L'art de bâtir demande la connaissance des matériaux et des outils mais aussi celle du terrain sur lequel on veut construire un édifice solide. Avant de construire quelque chose, il faut connaître ses véritables motivations, les aptitudes que l'on possède et le milieu sur lequel on veut agir.

La franc-maçonnerie est un des rares mouvements à miser autant sur le développement individuel, spirituel, psychologique ou moral que sur une réflexion ou une action sur la société.

14 votes. Moyenne 3.50 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site