Le Bohemian Club

 Logo du Bohemian Club

Le Bohemian Club est considéré comme l’un des clubs les plus fermés du monde.
Il regroupe plus de 2500 membres sans restriction raciale, religieuse ou politique, exclusivement masculin, américains principalement ainsi que quelques personnalités étrangères, issues d’une douzaine de pays et jugées suffisamment puissantes pour être recrutées.

Quiconque peut faire partie du Bohemian Club, en autant que :
- vous soyez un homme;
- vous soyez parrainé et approuvé par les membres
- vous êtes en mesure de payer votre cotisation annuelle de 10,000$

La liste d’attente est de 15 à 20 ans.

Pour donner une idée de sa puissance, environ un cinquième de ses membres sont membres de la direction des mille premières sociétés mondiales apparaissant dans le classement du magazine Fortune. Il s’agit de PDG de multinationales, de membres de cabinets ministériels ou présidentiels, de représentants de grandes fondations (comme le CFR), de l’élite de la justice, du commerce, d’universitaires de premier plan, de militaires hauts placés dans la hiérarchie, etc. Au total, ils représentent au bas mot le quart de la fortune privée américaine.

Le Bohemian Club a été créé en 1872 par cinq journalistes du San Francisco Examiner qui en furent exclus par la suite. Leur but était alors d’encourager la «bonne camaraderie» ainsi que pour « aider à élever le journalisme au niveau auquel il devrait être dans l’estime de la population ».

Parmi les membres d’honneur figurent Mark Twain ou Jack London. Mais six ans plus tard, les objectifs ont largement évolué et est devenu ce que Counterpunch appelle «l’antichambre de la Maison Blanche » […] Quel est en effet l’endroit où l’on peut rencontrer le PDG d’IBM, le couple Rockefeller, les plus grands banquiers, des juges de la Cour suprême? ».

Ces hommes d’action apprécient grandement cette réunion pour son caractère non informel (vêtements sport, pas de cravate), la relaxation (longues marches à travers 2,700 acres de forêt, natation dans la Russian River), les spectacles (pas de télé, ni radio, ni chaîne hi-fi mais de la musique partout, toute la journée), les consommations illimitées et l’excellente nourriture.

L’ex-président Herbert Hoover l’a qualifié de « plus gros party d’hommes sur Terre »

La réunion principale, en dehors de réunions beaucoup moins importantes s’étalant sur le reste de l’année, se déroule tous les ans (trois week-ends durant les deux dernières semaines de juillet) au Bohemian Grove, propriété privée située à Monte Rio, à environ 70 milles de San Francisco dans la région de Sonoma près de Russian River. Les membres du Club sont accueillis dans d’excellentes conditions de confort, dans environ 120 petits hameaux comme Hill Billies Derelicts ou Mandalay (le plus chic).

L’objectif est de « renouer avec la nature » dans la bonne humeur et, de l’avis de certains participants, dans des libations alcooliques poussées.

La première réunion annuelle s’est tenue en 1879.

L’ouverture officielle de la réunion annuelle débute avec le rituel “Cremation of Care”.
Au cours de cette étonnante cérémonie, une barque contenant un cercueil dans lequel est placé une effigie d’enfant (mascotte du club), dérive jusqu’au pied d’un hibou, statue de 12 mètres de haut et devant lequel est allumé un immense feu de joie où les « maîtres du monde » sont censés se « décharger » de leurs soucis. Ceci est officiellement annoncé dans le programme interne sous le titre « Consecutive Cremation of Care », avec intervention d’un « High Priest » (Grand Prêtre en robe de soie d’argent et d’or), d’un «Voice of the Owl » (la voix du hibou) et d’un «Funeral Cortege ».

Dans THEM : Adventures with extremism (Picador, 2001), John Ronso rapporte comment il a assisté clandestinement à cette cérémonie macabre. Il cite divers chants, hymnes et stances, divers discours funèbres et autres mascarades. Après une procession aux flambeaux, les hommes, déguisés, s’approchent en chantant, avec l’accompagnement d’un orchestre dissimulé, pour allumer le bûcher, pendant que le Grand Prêtre prononce des odes au soleil de l’été.

L’effigie est alors jetée dans le brasier pour symboliser la disparition des soucis.

Cette cérémonie fait un peu penser aux cultes des démons Baal ou Moloch, cultes dans lesquels on sacrifiait des enfants afin d’obtenir des faveurs de ces divinités. Pour Moloch, on jetait les premiers-nés dans un brasier.

La devise shakespearienne du club, "Weaving spiders come here", est une manière de montrer que les discussions trop vives y sont bannies bien que ce mot d’ordre y est totalement ignoré tant au niveau financier que politique. Alors que cette classe de dirigeants ne laisse que très rarement filtrer des détails sur les accords qui y sont passés, quelques-unes pourtant, comme la promesse de Ronald Reagan à Richard Nixon de demeurer en dehors de la course à l’élection présidentielle de 1967, ont largement participé à façonner le destin de l’Amérique.

Quelques conférences sont par ailleurs professées, mais l’essentiel se règle au cours d’entretiens informels (mais «juteux»). Comme l’écrit Peter Phillips, professeur de sociologie à l’université de Sonoma et directeur du Project censored, « On peut imaginer les aristocrates d’aujourd’hui comme Kissinger, Bush ou Rumsfeld au milieu d’un cercle d’amis en train de siroter du cognac ou de discuter comment les masses “non qualifiées” ne doivent pas être suivies pour établir des politiques et comment les élites doivent mettre en œuvre leurs propres valeurs pour en faire des “règles d’autorité”.

En surface, le Bohemian Grove est un lieu privé où les élites régionales et mondiales se rencontrent dans la joie et la bonne humeur mais c’est surtout un moyen de construire des liens étroits internes et une unanimité consensuelle au profit d’une solidarité de classe. Les liens renforcés se traduisent dans les réunions économiques internationales, les partis politiques, les campagnes de financement et au niveau supérieur de la “démocratie”.

Bien entendu, aucun compte-rendu n’est jamais publié et aucune liste des participants n’est jamais disponible.

Durant ces deux semaines, les membres assistent à des conférences, jouent dans des saynètes et de petites pitreries, assistent à des spectacles (théâtres ou musique) souvent écrits, composés et joués par les membres eux-mêmes, le tout arrosé d’excellents repas et de boissons en quantité illimitée. En effet, le Club met surtout l’accent sur les arts, la musique et le théâtre.

A trois reprises, l’enquêteur Dirk Mathison a réussi à infiltrer ces réunions. C’est ainsi qu’il entendit le discours de John Leman, ex-secrétaire à la Marine de Reagan, sur Les Armes intelligentes, dans lequel ce dernier estimait à 200 000 le nombre d’Irakiens assassinés durant la ratonnade dite Guerre du Golfe. Les autres orateurs furent Dick Cheney (aujourd’hui vice-président), sur Les Problèmes majeurs de la défense du XXIesiècle, l’ex-secrétaire d’Etat à la Santé de Jimmy Carter, Joseph Califano, sur La Révolution de la santé aux Etats-Unis : qui vit, qui meurt, qui paye? et l’attorney général des Etats-Unis sous Reagan et Nixon, Eliott Richardson, sur La Définition du Nouvel Ordre Mondial, ou encore Helmut Schmidt, ex-Premier ministre allemand, sur Les Enormes problèmes du XXIe siècle.

C’est d’ailleurs véritablement là que fut lancée la campagne présidentielle de George W. Bush, avec prise de contacts poussés aussi bien avec la haute administration que les principaux financiers.

Lors d’une session précédente du Bohemian Club, en 1942, le programme de développement nucléaire militaire ainsi que la bombe atomique américaine (Projet Manhattan) furent mis au point.

Lorsque, en juillet 1989, Michel Rocard alors Premier ministre, fut invité, il venait pour parler de l’agriculture européenne et de la suppression des barrières douanières en Europe.

Et enfin, au cours de la réunion du Bohemian Club de 2000, Bechtel aurait obtenu la quasi-exclusivité de la reconstruction des infrastructures mises mal par l’Irak au Koweït

Voici une liste non exhaustive des membres du Bohemian Club :

Martin Anderson (chercheur à la Hoover Institution)
James A. Baker (ancien secrétaire d’État américain sous Reagan)
S.D. Bechtel Sr. (Bechtel Company)
S.D. Bechtel Jr. (Bechtel Company)
Frank Borman (astronaute)
David Broder (éditorialiste)
Harold Brown (ex-secrétaire à la défense de 1977 à 1981)
William Buckley Jr.
George Herbert Walker Bush (président des États-Unis de 1989 à 1992)
George W. Bush (actuel président des États-Unis)
Jeb Bush (gouverneur de Floride et frère du précédent)
Joseph Califano (chef du Columbia’s National Center on Addiction an Substance Abuse (CASA)
William Casey (ancien directeur de la CIA)
Dick Cheney (vice-président des États-Unis)
A. W. Clausen (Banque mondiale)
Chester Crockeer (responsable du service diplomatie de la Georgetown University)
Miguel de la Madrid (ancien président du Mexique)
Robert DiGiorgio (DiGiorgio Corporation)
Dwight David Eisenhower (président des États-Unis de 1953 à 1961)
Malcolm Forbes (propriétaire de Forbes Magazine)
Gerald Ford (président des États-Unis de 1974 à 1976)
H. Rowan Gaither
Lou Gerstner (PDG de IBM)
Valéry Giscard d’Estaing (ancien président de la République Française)
Alan Greenspan (ancien directeur de la banque fédérale américaine)
Fred L. Hartley (president de Unocal Corporation (pétrole))
Phillip Hawley (Bank of America et directeur de AT & T)
Harold J. Haynes (ex-président de Chevron Corporation (pétrole))
Charlton Heston (acteur américain, décédé en avril 2008)
William R. Hewlett (co-fondateur de la société Hewlett-Packard)
Stanley Hiller Jr. (Hiller Investment Co.)
Herbert Hoover (président des États-Unis de 1929 à 1933)
Jack Kemp (ancien joueur de football et candidat à la vice-présidence des USA en 1996)
Henry Kissinger
James R. Lissey (ex-ambassadeur en Chine et Corée du Sud)
Edmund W. Littlefield (directeur de General Electric)
Richard Madden (président et CEO de Potlatch Corporation)
John Major (ex-premier ministre anglais)
Alex Mandl (vice-président exécutif de AT & T)
Rene C. McPherson
Emil Mosbacher Jr.
Richard Nixon (président des États-Unis de 1969 à 1974)
David Packard (co-fondateur de la société Hewlett-Packard)
Jack S. Parker (ex-vice president de General Electric)
William Perry (ex-secrétaire d’État à la défense)
Charles M. Piggot (CEO de Paccar Corporation)
Jean-François Poncet (ex-ministre de Valéry Giscard d’Estaing)
Franck Popoff (PDG de Dow Chemcal Corp.)
Colin Powell (ancien ministre de la défense de Bush)
Ronald Reagan (président des États-Unis de 1981 à 1988)
Eliott Richardson (ancien ministre de la défense américaine)
Michel Rocard (ex-premier ministre français)
David Rockefeller
Nelson Rockefeller
Willard F. Rockwell Jr. (president de Rockwell)
D.J. Russell (directeur honoraire de Tenneco)
Ferdinando Salleo (ex-ambassadeur d’Italie aux USA)
Antonin Scalia (juge à la Cour Suprême des USA)
Helmut Schmidt (ancien chancelier fédéral allemand)
Arnold Schwarzenegger (gouverneur de Floride)
George Schulz (secrétaire d’État 1982-1989)
D.E. Skinner (président de Skinner Corporation)
William French Smith
H. Guyford Stever (scientifique)
Edward Teller (père de la bombe atomique américaine)
Vernon Walters (général, directeur adjoint de la CIA, décédé en 2002)
Thomas Watson (IBM)
William H. Webster (ancien directeur du FBI)
Caspar Weinberger (ancien ministre de la défense américaine)
Pete Wilson (gouverneur de Californie de 1991 à 1999)
James Woolsey (ancien directeur de la CIA)

Et plus de 2000 autres… depuis 1872

Pour en savoir plus à propos du Bohemian Club, voici quelques liens intéressants :

En anglais :
http://www.bilderberg.org/bohos.htm
http://infowars.com/articles/occult/bg_blair_to_attend_bohemian_grove.htm
http://www.infowars.com/bg2.html
http://www.sonic.net/~kerry/bohemian/index.html
http://www.sacbee.com/news/news/local11_19990802.html
http://www.4rie.com/
http://www.4rie.com/secretsocieties.html
www.fair.org/extra/best-of-extra/bohemian-grove.html
www.sonic.net/$kerry/bohemian/grovenukes.html, www.counterpunch.org/bohemian.html

Sur Dailymotion :
http://www.dailymotion.com/video/x2ie8q_the-bohemian-grove_politics où à partir de 1 min 35 du début, vous avez des photos
http://www.dailymotion.com/relevance/search/Bohemian%2Bclub/video/x4ppzh_bohemian-grove-part-2-2_politics
où vous verrez une partie de la cérémonie « Cremation of Care »

En français :
http://www.faits-et-documents.com/archives/126.pdf
http://www.syti.net/Organisations/Bohemians.html
http://www.chez.com/frenzy/bohemian.htm

3 votes. Moyenne 4.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×