Le PNAC

Le PNAC (Project for the New American Century ou Projet pour le Nouveau Siècle Américain) est un think tank néo-conservateur américain résultant d’une initiative du Programme pour une Nouvelle Citoyenneté (Project for a New Citizenship).

Fondé au printemps 1997, le PNAC se définit lui-même comme étant une « organisation éducative, à but non-lucratif dont l’objet est de promouvoir le leadership américain dans le monde ». Dès le départ, ce programme s'est préoccupé du déclin de la puissance de la défense des États-Unis et des problèmes que cela créerait dans l'exercice de leur leadership mondial et pour la préservation de la paix.

William Kristol est le président du PNAC. Robert Kagan, Devon Gaffney Cross, Bruce P. Jackson et John R. Bolton en sont les directeurs et Gary Schmitt est le directeur général du Programme.

Selon le PNAC, les États-Unis sont la première puissance dominante du monde.

« Tout ce dont ils ont besoin, c’est d’une armée forte et prête à relever les défis présents et futurs; une politique étrangère qui assure avec hardiesse et de façon résolue la promotion des principes américains à l'étranger; et un leadership national qui accepte les responsabilités mondiales des États-Unis.

L'Amérique a un rôle vital à jouer dans le maintien de la paix et de la sécurité, en Europe, en Asie et au Moyen-Orient. Si nous fuyons nos responsabilités, alors, ce sera une invitation pour ceux qui voudraient défier nos intérêts fondamentaux.

L'histoire du XXème siècle devrait nous avoir appris qu'il est important de façonner les circonstances avant que les crises n'émergent et de répondre aux menaces avant qu'elles ne deviennent terribles. L'histoire de ce siècle passé devrait nous avoir enseignés à embrasser la cause du leadership américain. »

Dans son Rapport « Rebuilding America’s Defenses » (Reconstruire les défenses de l’Amérique) paru en septembre 2000, le PNAC propose divers moyens pour faire en sorte que les États-Unis demeurent la seule superpuissance du monde puisqu’elle combine une puissance militaire dominante, un leadership technologique mondial et la plus grande économie du monde. De plus, l’Amérique est à la tête d'un système d'alliances incluant les autres grandes puissances démocratiques de la planète. Tant par sa taille (plus de 100 pages) que par son influence, ce rapport équivaut à un programme politique à lui seul.

Le PNAC propose donc quatre missions pour les forces militaires américaines :

            - défendre la patrie américaine ;

            - livrer et gagner, de façon décisive, des batailles majeures, multiples et simultanées;

            - voir au "maintien de l’ordre" dans les régions critiques ;

            - transformer les forces des États-Unis pour exploiter la "révolution des affaires militaires" ;

Pour ce faire, les États-Unis se doivent de :

1) MAINTENIR UNE SUPÉRIORITÉ NUCLÉAIRE STRATÉGIQUE

2) RESTAURER LES EFFECTIFS des forces actuelles, présenté dans ses grandes lignes par l’Administration Bush [père].

3) REPOSITIONNER LES FORCES AMÉRICAINES pour répondre aux réalités stratégiques du XXIème  siècle.

4) MODERNISER DE FAÇON SÉLECTIVE LES FORCES AMÉRICAINES, en entreprenant le programme F-22, tout en augmentant les achats d’avions à décollage vertical,  électroniques et autres avions ; en agrandissant les flottes de sous-marins et de navires de guerre ; en achetant des hélicoptères Comanche et des véhicules de terrain de poids moyen pour l’armée de terre, ainsi que le V-22 Osprey à "rotors à bascule" pour le corps des Marines.

5) ANNULER LES PROGRAMMES "CUL-DE-SAC", tels que le Joint Strike Fighter, l’avion de transport CVX et le système obusier Crusader, qui absorberaient des  montants exorbitants des finances du Pentagone et qui n’apporteraient que des améliorations minimes aux capacités actuelles.

6) DÉVELOPPER ET DÉPLOYER UNE DÉFENSE BALISTIQUE GLOBALE pour défendre la patrie américaine et les alliés de l’Amérique ainsi que pour procurer une base  sûre à la projection de la puissance des États-Unis dans le monde entier.

7) CONTRÔLER LES NOUVELLES "PARTIES COMMUNES INTERNATIONALES" QUE SONT L’ESPACE ET LE "CYBERESPACE" et paver la route pour la création d’un nouveau service de l’armée – les Forces Spatiales Américaines – avec pour mission de contrôler l’espace.

8) EXPLOITER LA "RÉVOLUTION DES AFFAIRES MILITAIRES" afin d’assurer la supériorité à long terme des forces conventionnelles américaines. Établir un processus de transformation qui maximise la valeur des systèmes d’armement actuels par l’application des technologies avancées, et qui produise des améliorations plus profondes des capacités militaires, encourage la concurrence entre les services et les initiatives d’expérimentation interarmées (infanterie+marine).

9)AUGMENTER LES DÉPENSES MILITAIRES à hauteur de 3,8% du PIB en ajoutant annuellement de 15 à 20 milliards de dollars aux dépenses militaires totales.

 

Pour le PNAC, remplir ces conditions est essentiel si l’Amérique veut garder son statut militaire dominant pour les décennies à venir.

« Si nous ne remplissons pas nos besoins en matière de Défense, nous risquons de réduire le leadership mondial des États-Unis et, la perte d’un ordre mondial en matière de sécurité qui est adapté d’une manière unique aux principes américains et à la prospérité des États-Unis.

La paix américaine a prouvé qu’elle était pacifique, stable et durable. Elle a fourni, tout au long de ces dix dernières années, le cadre géopolitique à une croissance économique généralisée et à la propagation des principes américains de liberté et de démocratie. »   

 

Les idées avancées par le PNAC dans ce rapport font l’objet de critiques parfois très violentes. Ainsi le Dr Helen Caldicott, après avoir feuilleté le document a dit : « Ceci est le nouveau Mein Kampf. La seule différence est que Hitler n’avait pas d’armes nucléraires. C’est le document le plus effrayant que j’ai jamais lu dans ma vie. »

Le rapport du PNAC « Reconstruire les défenses de l’Amérique » se trouve ici :

http://questionscritiques.free.fr/empire_americain/PNAC.pdf

 

De nombreux politiciens néo-conservateur se retrouvent parmi les membres du PNAC dont certains ont occupé de hautes fonctions au sein le l’administration de George W. Bush. Par exemple :

Dick Cheney (alors vice-président des États-Unis),

Donald Rumsfeld (ex-secrétaire à la Défense de 2001 à 2006),

Paul Wolfowitz (ex-président de la Banque mondiale),

Elliott Abrams (adjoint du conseiller national de sécurité Stephen Hadley),

Richard Armitage (ex-sous-secrétaire d’Etat),

John Ellis “Jeb” Bush (frère de George et ex-gouverneur de Floride de 1999 à 2007),

Paula Dobriansky (alors sous-secrétaire d’État pour la démocratie et les affaires mondiales),

J. Danford Quayle “Dan” (ex-vice président des Etats-Unis de 1989 à 1993),

Lewis Libby (l’un des fondateurs du PNAC, ex-secrétaire général du vice-président Dick Cheney et condamné en mars 2007 pour parjure) http://fr.wikipedia.org/wiki/Lewis_Libby

 

Le site officiel du PNAC : http://newamericancentury.org/

 

2 votes. Moyenne 5.00 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site