Les Illuminatis, selon Wikipedia

 Symbole de la Société des Illuminatis
La Chouette de Minerve


Les Illuminatis de Bavière ou Illuminés de Bavière sont une société secrète du XVIIIe siècle se réclamant de la Philosophie des Lumières.

Cette société fut fondée en mai 1776 par Adam Weishaupt, ancien jésuite et professeur de droit canonique et par le baron Adolph von Knigge à Ingolstadt en Bavière. Le groupe s’est d’abord appelé l’Ordre Illuminati, puis l’Ordre des Illuminatis et enfin les Illuminatis de Bavière.

Ses membres lui donnaient le nom d’Illuminati mais ils s’appelaient eux-mêmes les Perfectibles. Il s’agissait alors d’un mouvement éphémère de libres penseurs rationalistes et progressistes, branche la plus radicale du Siècle des Lumières.

Les membres de cette société, issus originellement de la franc-maçonnerie, devaient obéissance à leurs supérieurs.

Les Illuminés de Bavière étaient structurés et organisés en trois classes et treize grades et dans chacune de ces classes, les membres devaient recruter de nouveaux adeptes pour l’ordre qui avait des ramifications à travers toute l’Europe. Des relations avec les loges maçonniques furent entreprises à Munich et Freising en 1780. Mais l’ordre n’excéda jamais 2000 membres.

En Bavière, État conservateur, dominé par l’Église catholique et l’aristocratie, on ne prisa pas du tout une telle organisation. C’est pourquoi, en 1784, le gouvernement bavarois bannit toutes les sociétés secrètes, incluant les Illuminatis et les francs-maçons.

Une rupture interne au sein de l’ordre précéda sa chute qui devint effective avec un édit du gouvernement bavarois en 1785.

Malgré la faible durée de vie de cette organisation (1776-1785) les Illuminati de Bavière ont toujours bénéficié d’une image assez ténébreuse dans l’histoire populaire et ce, surtout à cause des écrits de leurs opposants.

En effet, en1798, l’Abbé Augustin Barruel publia les Mémoires pour servir à l’histoire du Jacobinisme qui soulignaient la théorie d’une grande conspiration regroupant les Templiers, les Rosicruciens, les Jacobins et les Illuminatis. Cette même année, un professeur d’histoire naturelle, John Robison écrivait Les preuves d’une conspiration contre l’ensemble des religions et des gouvernements d’Europe. Lorsque ce dernier prit connaissance du travail de l’Abbé Barruel, il ajouta une multitude de notes pour compléter son essai. Robison prétendait démontrer la preuve d’une conspiration des Illuminatis oeuvrant au remplacement de toutes les religions et de toutes les nations par un gouvernement mondial unique.

Plus récemment, Antony Cyril Sutton suggéra que la société secrète Skull & Bones avait été fondée par la branche américaine des Illuminatis. Robert Gillette, quant à lui, défendait l’hypothèse que les Illuminatis avaient l’intention d’établir un gouvernement mondial par des procédés criminels tels que l’assassinat, la corruption, le chantage, le contrôle des banques et des pouvoirs financiers ainsi que par l’infiltration des gouvernements mais également en soutenant des guerres et des révolutions afin de placer leurs propres membres dans les hautes sphères de la hiérarchie politique.

Sutton et Jefferson semblaient d’accord pour dire que les ennemis des Illuminatis étaient les monarques d’Europe et l’Église. Augustin Barruel pensait même que la Révolution française de 1789 avait été fomentée et contrôlée par les Illuminatis par l’intermédiaire des Jacobins. Et plus tard, les théoriciens conspirationnistes ont aussi trouvé la responsabilité des Illuminatis dans la Révolution russe de 1917 bien que l’ordre ait été officiellement dissout en 1790.

Parmi les partisans de la thèse des Illuminatis durant son existence, on retrouve :

Thomas Jefferson (3ème Président des USA), fervent francophile, il affichait ouvertement ses sympathies pour l’Âge des Lumières. De plus, il était lui-même philosophe, agronome, inventeur et architecte. Ce dernier attribuait d’ailleurs la discrétion des Illuminatis à ce qu’il appelait « la tyrannie du pouvoir et des clercs ».

Mozart (1756-1791), connu comme étant un franc-maçon, se sentait paraît-il très proche des thèses des Illuminatis.

Il n’y a que peu de preuves tangibles permettant de vérifier que les Illuminatis de Bavière fondé par Adam Weishaupt ont survécu mais plusieurs groupes ont repris leurs rites, se réclamant de ceux-ci: l’Ordo illuminatorum (latin), Die erleuchteten Seher Bayerns (allemand), The Illuminati Order (anglais) ainsi que plusieurs autres.

D’autres groupes se sont formés par la suite:

- Société des Illuminé d’Avignon fondée en1786 par Dom Antoine Joseph de Pernetti.
- La Ligue mondiale des Illuminati, fondée par Léopold Engel en 1893 sur la base de l’Ordre des Illuminés, réactivé par Théodore Reuss en 1880.
- L’Ordre des Illuminatis, fondé par Solomon Tulbure en 1988.
- Orden Illuminati (Illuminati Order), crée en Espagne par Gabriel Lopez de Jojas en 1995.
- The Order of Illuminati, créé par maître Paolo Bortel en 1999.

  

Philosophie des Lumières

Quant à la Philosophie des Lumières, il s’agit du mouvement culturel et philosophique qui a dominé le XVIIIe siècle et auquel on a donné par extension le nom de Siècle des Lumières.

Les Lumières ont marqué le domaine des idées et de la littérature par leurs remises en question fondées sur la « raison éclairée » de l’être humain et sur l’idée de liberté.

Par leurs engagements contre les oppressions religieuses, morales et politiques, les membres de ce mouvement ont procédé au renouvellement du savoir, de l’éthique et de l’esthétisme de leur temps.

« Les Lumières, c’est la sortie de l’homme hors de l’état de tutelle dont il est lui-même responsable. L’état de tutelle est l’incapacité de se servir de son entendement sans la conduite d’un autre. On est soi-même responsable de cet état de tutelle quand la cause tient non pas à une insuffisance de l’entendement mais à un insuffisance de la résolution et du courage de s’en servi sans la conduite d’un autre. Sapere aude! Aie le courage de te servir de ton propre entendement! Voilà la devise des Lumières. »

Emmanuel Kant, dans son célèbre essai Was ist Aufklärung? (Qu’est-ce que les Lumières?).

Le mouvement des Lumières était en grande partie un prolongement des découvertes de Copernic au XVIe siècle mais surtout des théories de Galilée (1564-1642).

Tels que Gottfried Wilhelm von Leibniz (1646-1716) qui développa les mathématiques et le calcul infinitésimal et Spinoza qui montra que le processus de perception engage non seulement la raison mais aussi les sens et l’intuition. Sa conception était centrée sur une vision de l’Univers où Dieu et la Nature ne font qu’un. Cette idée deviendra centrale au Siècle des Lumières, depuis Newton (1642-1727) jusqu’à Thomas Jefferson.

L’exemple de Newton demeure un bon départ pour démontrer le progrès entre l’Âge de la Raison et le mouvement des Lumières, en ce sens que le scientifique utilise des faits observés empiriquement, comme la dynamique des planètes de Johannes Kepler ou l’optique, afin de construire une théorie sous-jacente expliquant des faits a priori : la théorie de la gravitation universelle.

Un autre exemple de ce changement d’approche compare Thomas Hobbes à John Locke. Le premier, Hobbes, ayant vécu au XVIIe siècle classa de façon systématique les émotions humaines, l’amenant à construire un système rigide garantissant par coercition la stabilité du chaos primaire - qui est la source de son travail (le Léviathan). De son côté, Locke voit en la Nature la source de l’unité et de tous les droits, que l’État doit s’assurer de reprendre et de protéger, non pas d’étouffer. Ainsi, la « révolution » culturelle entre les deux siècles fait intervenir la relation de l’homme à la Nature : on passe d’une vision noircie et chaotique, à une admiration de l’ordre naturel fondamental.

Et enfin, le mouvement intellectuel « Encyclopédistes » défend l’idée qu’il existe une architecture scientifique et morale du savoir. C’est ainsi que Denis Diderot, philosophe ainsi que le mathématicien d’Alembert publient l’Encyclopédie ou Dictionnaire raisonné des sciences, des arts et des métiers en 1751 dont le but était de sortir le peuple de l’ignorance par une diffusion très large du savoir.

De même, l’Université de Virginie, inscrite au patrimoine mondial de l’Humanité défini par l’UNESCO, a été fondée par Thomas Jefferson. Ce dernier dessina d’ailleurs les plans d’une partie du campus en suivant les valeurs des Lumières.

La croyance en un monde ordonné par le dieu chrétien représentait le plus fort élan du questionnement philosophique sur la connaissance. D’un côté, la philosophie religieuse se concentrait sur la piété, la toute-puissance et le mystère de la nature ultime de Dieu; de l’autre côté, des idées telles que le déisme soulignaient que le monde était compréhensible par la raison humaine et que les lois le gouvernant l’étaient tout autant.

Les Lumières se basent donc sur la croyance en un monde rationnel, ordonné et compréhensible, exigeant de l’homme l’établissement d’une connaissance également rationnelle et organisée.

Le mouvement des Lumières créa ou réinventa donc les idées de liberté, propriété et rationalité: l’idée et le désir d’être un individu libre. Cette liberté étant d’autant plus garantie que l’État assure la stabilité des lois.

Le milieu du XVIIIe siècle correspond à l’apogée de la philosophie des Lumières.

Le mouvement des Lumières trouve un certain équilibre entre l’appel à la liberté « naturelle » et la liberté de cette liberté, c’est-à-dire la reconnaissance d’une autonomie de la Nature face à la raison.

L’idée lumineuse d’un gouvernement « rationnel » s’incarna dans la Déclaration d’Indépendance de la Virginie ainsi que la Déclaration d’Indépendance des États-Unis du 4 juillet 1776 qui proclame que les hommes ont été crées égaux en droits et qu’ils peuvent s’opposer à la tyrannie. La Constitution des États-Unis d’Amérique, en 1787, reprend quant à elle, les principes de Montesquieu de la séparation des pouvoirs législatifs, exécutif et judiciaire, formant ainsi la base de toute démocratie.

Quant à la Révolution française de 1789, elle représente l’application violente de la philosophie des Lumières surtout lors de la brève période de pouvoir des Jacobins. Le désir de rationalité conduisit à une tentative d’éradiquer l’Église et le christianisme dans son ensemble. La Convention nationale changea alors le calendrier et le système monétaire.

Par ailleurs, la franc-maçonnerie qui est une organisation à vocation humaniste et initiatique, concentre tous les caractères des Lumières : elle est théiste, tolérante, libérale, humaniste, sentimentale. Les loges ont d’ailleurs contribué à répandre les idées philosophiques et l’esprit de réforme dans les lieux politiquement stratégiques.

De plus, la presse a facilité la diffusion des textes philosophiques (notamment l’Encyclopédie de Diderot et d’Alembert), et a déclenché les processus de la réflexion chez le peuple.

Les Lumières ont ébranlé les certitudes anciennes et inspiré la génération révolutionnaire puisque les valeurs essentielles défendues par ceux qui les représentent sont la tolérance, la liberté et l’égalité.

Le représentant idéal des Lumières est le philosophe et l’homme de lettre qui exerce sa raison dans tous les domaines afin de guider les consciences et prôner une échelle de valeurs. C’est un intellectuel engagé qui intervient dans la société, un « honnête homme qui agit en tout par raison » (Encyclopédie), « qui s’occupe à démasquer les erreurs » (Diderot), « celui dont la profession est de cultiver sa raison pour ajouter à celle des autres », un défenseur des droits de l’humanité et opposé au despotisme.

Denis Diderot, Voltaire et surtout Guillaume-Thomas Raynal sont ceux qui, parmi les représentants des Lumières, ont le plus vertement critiqué l’esclavage et la colonisation.

Les philosophes luttaient généralement moins contre le pouvoir royal que contre l’hégémonie ecclésiastique et nobiliaire

Bien des monarques européens, tels Charles III d’Espagne, Marie-Thérèse et Joseph II d’Autriche, Catherine II de Russie, Gustave III de Suède lisaient et appréciaient les philosophes.

Par ailleurs, certains écrits des représentants des Lumières valurent à leurs auteurs des peines de prison. Ainsi, Denis Diderot avec sa Lettre sur les aveugles à l’usage de ceux qui voient fut emprisonné au fort de Vincennes pour sa remise en cause de la religion. De plus, Voltaire fut emprisonné à la Bastille, étant accusé d’avoir rédigé des pamphlets contre le régent Philippe III d’Orléans.

Quant à Montesquieu et Thomas Jefferson, ils furent contraints de publier certains de leurs écrits de façon anonyme.

 

Quelques représentants des Lumières :

En France:

Pierre Bayle, Étienne Bonnot de Condillac, Nicolas de Condorcet (qui écrivit sur des sujets aussi différents que le commerce, les finances, l’éduction ou la science), Denis Diderot, D’Alembert, D’Holbach, Fontenelle, Claude-Adrien Helvétius, Louis de Jaucourt, Jean-François Marmontel, Montesquieu (qui avait reçu une formation juridique), Jean-Jacques Rousseau, Voltaire.

En Angleterre:

John Locke, Edward Gibbon, Anthony Collins, Henri Saint Jean de Bolingbroke,
James Burnett (Lord Monboddo).

En Écosse:

David Hume, Adam Smith, James Boswell, Francis Hutcheson.

En Allemagne:

Friedrich Heinrich Jacobi, Johann Gottfried von Herder, Emmanuel Kant, Gotthold Ephraim Lessing, Moses Mendelssohn.

En Pologne:

Hugo Kottataj, Jean Potocki, Ignacy Krasicki.

Aux États-Unis:

Benjamin Franklin (qui eut une carrière de diplomate et de physicien), Thomas Jefferson (qui avait reçu une formation juridique mais pratiquait également l’archéologie et l’architecture), Thomas Paine.

En Italie:

Cesare Beccaria, Ferdinando Galiani, Giambattista Vico, Pietro Verri, Alessandro Verri,
Antonio Genovesi.

En Espagne:

Leandro Fernández de Moratín, Gaspar Melchor de Jovellanos.

En Russie:

Nikolaï Novikov, Mikhaïl Lomonossov.


Et pour finir, voici une citation de Montesquieu:

« Aujourd’hui, nous recevons trois éducations différentes ou contraires : celles de nos pères, celles de nos maîtres, celle du monde. Ce qu’on nous dit dans la dernière renverse toutes les idées des premières. »

23 votes. Moyenne 3.52 sur 5.

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site